pepparshoes/ décembre 27, 2017/ 0 comments

Une mère est un roman pour passer un réveillon haut en couleur, touchant d’humanité, troublant d’humour. Ce fut pour moi une découverte hors du commun. Roman lu en partenariat avec les éditions du Cherche-Midi.

Un réveillon en famille, auprès d’Une mère exceptionnelle

Barcelone, le 31 décembre. Quelques heures avant le réveillon de la Saint-Sylvestre. Amalia et son fils Fernando s’affairent avant l’arrivée des invités. Amalia, 65 ans, divorcée depuis peu, est enfin parvenue à réaliser l’un de ses rêves, réunir sa famille à l’occasion du dernier dîner de l’année. Sur la table, sept couverts : ceux d’Amalia, de son fils Fernando, de ses deux filles Silvia et Emma, d’Olga, l’amie d’Emma, et enfin de l’oncle Eduardo. Le septième couvert est celui de l’Absent.

Résultat de recherche d'images pour "have dinner with us"

La famille, sous toutes ses coutures

La famille est un sujet compliqué, qu’on peut tourner en dérision, prendre avec profondeur, avec joie ou avec tristesse, de plein de façon différentes. Alejandro Paloma prend cette idée, la façonne, et nous livre une histoire profonde, joviale et triste à la fois, pleine d’humour, parfois de dérision, et nous la livre avec humilité, sans artifices, et nous laisse la savourer en toute intimité. C’est ce que j’ai ressenti durant tout le récit.

J’ai eu l’impression d’être le huitième couvert, celui de l’invitée cachée, qui observe, sourit, rit et savoure ce lot de personnalités différentes et pourtant proches. Qui ont tant à se reprocher, et qui s’aime, avec la même ferveur. Grâce à une écriture subtile, l’auteur nous emmène du présent aux souvenirs, nous livre un peu de chacun au point de fermer ce roman, et de se dire qu’on a vécu une soirée avec les personnages, et qu’il est temps d’aller se coucher, avec un sourire aux lèvres, sans regret.

Résultat de recherche d'images pour "happy new year movie"

Que d’émotions !

J’ai énormément ris, pour commencer. Je l’ai lu, seule chez moi, et je me surprenais à éclater de rire, ce qui ne m’arrive pas souvent lorsque je lis et que le silence est complet autour de moi. J’ai aussi souris, à de nombreuses reprises. Surtout des discours complètement fou d’Amalia, mais aussi du petit timbre doux d’Emma, des pensées de Fernando, du ton hautain d’Olga ou des folies de leur oncle. Mais j’ai aussi été peinée. Surtout pour Silvia, l’aînée, en qui je me suis pas mal reconnue. J’ai senti les vibrations de sa colère, de sa tristesse, et mes larmes ont presque coulé avec les siennes. J’ai ressenti. C’est la clé de ce roman, l’émotion, on lit et on sent, au fond de nous, chaque corde sur laquelle tire l’auteur avec ses mots. C’est de la magie.

Une belle leçon de vie

C’est également une belle histoire familiale, mais aussi philosophique. Il y a tant de tendresse dans les propos de l’auteur que j’ai eu l’impression qu’il s’adressait directement à moi. Qu’il s’adressait à son lectorat, en nous poussant à vivre. J’avais l’impression qu’Amalia m’entourait de ses bras du début à la fin, en me chuchotant “Sors, mon enfant, et va vivre ta vie, avec joie et avec peine, mais vis”. Je me suis tellement attachée à cette famille, que je peine à la quitter, je voudrais que ça dure encore un peu, comme Amalia lorsqu’elle ferme la porte sur les derniers, et pourtant, il faut bien avancer.

Résultat de recherche d'images pour "happy new year movie"

Quelle belle histoire. Alejandro Palomas nous livre une montagne de mots merveilleux . Ils nous intègrent dans cette famille un peu folle, mais terriblement touchante. On est comme un invité à table, qui ne peut qu’être ému devant tant d’amour. C’est un coup de cœur, ses mots ont su traverser ma carapace et venir me troubler.

Vous pouvez retrouver mes chroniques sur mon blog Sorbet-Kiwi, notamment des romans contemporains, comme par exemple Le Parlement des cigognes, une histoire terriblement sombre et douloureuse, qui remue l’histoire, mais avec justesse et qui met a l’honneur l’amitié et le fait que la vie continue… toujours.

Une autre critique du même auteur sur lesyeux-fertiles : Un goût de cannelle et d’espoir de Sarah McCoy.

 

Pepparshoes

About pepparshoes

Pepparshoes, lectrice compulsive qui se noie dans sa pile à lire Je viens me joindre à l'équipe des Yeux Fertiles avec grand plaisir ! Ma passion ? Les livres, même si je m'intéresse à plein de choses, comme les séries, les films ou encore la musique. Mais avec une PAL (pile à lire) de 580 romans papiers (les numériques sont punis, on ne les voit que lorsqu'on appuie sur un bouton, alors ça compte pas... dit-elle pour se rassurer), j'ai de quoi m'occuper toute une vie, et la suivante lorsque je me réincarnerais en chat ! Les chats, c'est la vie, mon petit Sammy profite d'une grande partie de mon amour, qu'il doit se partager avec mon chéri. Mon genre de romans préférés ? La littérature contemporaine, très honnêtement, c'est ce que je lis le plus. Mais je ne suis pas une lectrice de la haute bourgeoisie littéraire, j'adore les romances, notamment la New Romance, j'aime beaucoup les thrillers, et même que de temps en temps je vais voir ce qu'il se passe du côté de la science-fiction ou de la littérature de jeunesse. Ma maison d'édition préférée reste les éditions Charleston, et mon amour pour Lucinda Riley n'a pas de limite, autre que celles que m'impose ma banquière. Je vous dis à très bientôt, et j'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que moi à vous conseiller des bons bouquins à lire sous un plaid, au chaud avec un bon café - thé - cacao - bière au beurre (barrez la mention inutile). Ah oui, sinon, j'ai un blog personnel aussi, qui se nomme Sorbet-Kiwi ! J'y parle de tout ce que j'aime, principalement de littérature, mais aussi de tout le reste, et j'abuse aussi parfois des gifs par là, venez me rendre visite si l'envie vous prend. Pour Sorbet-Kiwi, c'est par là : https://sorbetkiwi.wordpress.com/

Laisser un commentaire