pepparshoes/ décembre 20, 2017/ 4 comments

Alors que les fêtes de fin d’année approchent, je tiens à vous parler aujourd’hui d’un coup de cœur de noël. Un goût de cannelle et d’espoir est un roman passionnant qui ne laisse pas insensible. Une boulangerie qui peut changer un destin

Allemagne 1944. Naïve et innocente, Elsie traverse la guerre à l’abri de la petite boulangerie de ses parents et sous la protection d’un officier nazi, loin d’être indifférent à son charme. Lors de la soirée de Noël du parti, elle échappe de peu à un viol grâce à un petit garçon juif. Seul et sans défense, il demande à la jeune fille de le cacher. Prendra-t-elle le risque ? États-Unis, de nos jours. À quatre-vingts ans, Elsie s’active toujours derrière les fourneaux de sa boulangerie. Elle rencontre Reba, une journaliste venue l’interroger sur les fêtes de Noël du passé…

Résultat de recherche d'images pour "lebkuchen"

Noel durant la Seconde Guerre Mondiale

Ce roman est si profond qu’il m’a mis la claque de l’année, en 2016. J’y ai trouvé tant de choses. A commencer par un environnement extrêmement riche, agrémenté de personnages vraiment travaillés. J’ai eu l’impression de vivre les époques avec ces personnages comme mes concitoyens. Et j’aime tellement les lectures de ce type, qui me donnent l’impression d’y être, de connaître tout le monde, et de voir tout ce qui se passe de mes propres yeux. Elsie est une personne attachante, que l’on suit durant certaines parties de sa vie, alors qu’elle avance tant bien que mal. L’histoire est axée sur sa jeunesse durant la Seconde Guerre Mondiale, et sur sa survie avec sa famille. Bonne aryenne en apparence, elle va mettre sa vie et celle de sa famille en danger afin de protéger un enfant juif.

Une psychologie familiale travaillée

D’un autre côté, nous vivons l’histoire de Reba, une jeune femme moderne, un peu perdue dans sa vie, qui ne sait pas trop ce qu’elle veut. Son histoire était très psychologique, et touchait également de très près la guerre, à travers le récit de sa relation avec son père, vétéran du Vietnam qui en est revenu changé à jamais. Ici, l’histoire se focalise sur la psychologie familiale qui tourne autour de cela. Enfin, son fiancé, Riki, est garde-frontière entre les USA et le Mexique. Et finalement, l’histoire de Riki n’est pas si différente de celle d’Elsie, sauf qu’une petite chambre peut se mettre à l’échelle d’un pays. Où est la justice dans la loi ? A quel moment se rend-on compte que ce que nous faisons n’est pas en mesure de coller avec nos convictions ?

Résultat de recherche d'images pour "la rafle"

Une question de relativité

Parce que c’est ça, le grand point commun entre les histoires de tous les personnages de cette histoire. Même celle des personnages secondaires comme Jane, amoureuse d’un clandestin. Ou pour Hazel, qui se voit dans l’obligation de produire des enfants pour le Reich. Ou encore pour Deedee, qui pardonne malgré la douleur. La conviction. Rien n’est noir ou blanc dans ce roman, toutes les nuances de gris y sont étalées. Josef, ce nazi qui a travaillé à Dachau, n’avait-il pas du tout de cœur ? Était-ce un monstre ? Ou peut on voir en lui un reflet d’humanité et de bonté ? Dans son histoire plus particulièrement, j’ai vu un reflet de notre société actuelle. D’une part dans la montée du nationalisme. Mais également dans cette façon qu’on les gens de se voiler la face pour leur propre égoïsme. Finalement, pour chacun, tout se situe à sa propre échelle.

Je ressors de cette lecture chamboulée. L’histoire est absolument passionnante. Je l’ai dévoré en quelques heures. Et je dois dire que je n’aurai pas refusé un bon bout de Lebkuchen, pour accompagner ce roman.

Résultat de recherche d'images pour "shindlers list"

Vous pouvez retrouver mes chroniques sur mon blog Sorbet-Kiwi, notamment des romans historiques, comme par exemple Hope ou le secret des Harvey, une histoire générationnelle très complète et travaillée !

Retrouve une critique de Pepparshoes sur lesyeux-fertiles : Y’aura t-il trop de neige à Noël ? – roman.

Pepparshoes

About pepparshoes

Pepparshoes, lectrice compulsive qui se noie dans sa pile à lire Je viens me joindre à l'équipe des Yeux Fertiles avec grand plaisir ! Ma passion ? Les livres, même si je m'intéresse à plein de choses, comme les séries, les films ou encore la musique. Mais avec une PAL (pile à lire) de 580 romans papiers (les numériques sont punis, on ne les voit que lorsqu'on appuie sur un bouton, alors ça compte pas... dit-elle pour se rassurer), j'ai de quoi m'occuper toute une vie, et la suivante lorsque je me réincarnerais en chat ! Les chats, c'est la vie, mon petit Sammy profite d'une grande partie de mon amour, qu'il doit se partager avec mon chéri. Mon genre de romans préférés ? La littérature contemporaine, très honnêtement, c'est ce que je lis le plus. Mais je ne suis pas une lectrice de la haute bourgeoisie littéraire, j'adore les romances, notamment la New Romance, j'aime beaucoup les thrillers, et même que de temps en temps je vais voir ce qu'il se passe du côté de la science-fiction ou de la littérature de jeunesse. Ma maison d'édition préférée reste les éditions Charleston, et mon amour pour Lucinda Riley n'a pas de limite, autre que celles que m'impose ma banquière. Je vous dis à très bientôt, et j'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que moi à vous conseiller des bons bouquins à lire sous un plaid, au chaud avec un bon café - thé - cacao - bière au beurre (barrez la mention inutile). Ah oui, sinon, j'ai un blog personnel aussi, qui se nomme Sorbet-Kiwi ! J'y parle de tout ce que j'aime, principalement de littérature, mais aussi de tout le reste, et j'abuse aussi parfois des gifs par là, venez me rendre visite si l'envie vous prend. Pour Sorbet-Kiwi, c'est par là : https://sorbetkiwi.wordpress.com/

4 Comments

  1. Legereimaginareperegrinareblog

    Merci beaucoup pour ce compte-rendu très complet; j’aime cette idée que rien ni personne n’est jamais tout noir ou tout blanc car la psychologie humaine est d’une telle complexité qu’il est impossible de réduire une personne à des jugements tels que ” il est méchant” ou “elle est jalouse”. Que se cache-t-il derrière les façades que nous opposons au regard des autres?

    1. Pepparshoes

      Exactement ! Je trouve ce Roman vraiment Parfait pour cela, notamment à travers le garde qui doit arrêter les gens a la frontière mexicaine, c’est son boulot, mais qui galère vraiment a ne pas penser à ce qui les attend une fois de retour d “mauvais” coté de la frontière. Et les sacrifices que fait Elsie pour cacher cet enfant…. colabo ? Vraiment ? J’ai adoré, en tous cas !

      1. Legereimaginareperegrinareblog

        C’est sûr, rien n’est simple et c’est une erreur que de se fier aux apparences

        1. Pepparshoes

          Absolument !

Laisser un commentaire