TOP GEAR made in UK, le meilleur antidépresseur que j’ai pu tester.

Aujourd’hui, je ne vais pas te parler d’un film, d’une série ou même d’un album, mais plutôt d’une émission. Oui, t’as bien lu, moi qui ai une large tendance à décrier les programmes télévisés, je vais faire l’éloge d’un de ces derniers. Il y a une bonne raison à ça, tu la trouveras peut-être niaise, trop personnelle ou emmerdante au possible, mais je dois te dire une chose… Je m’en tape le coquillard contre deux crustacés guatémaltèques.

Il y a quelques années de ça, j’ai traversé une phase qu’on pourrait qualifier “d’assez difficile”. Un monstre noir s’était installé dans ma cervelle et il s’y sentait tellement bien qu’il ne voulait plus en sortir. Ouais, ma métaphore n’est pas ouf, mais t’as compris l’idée.

Durant cette étrange période, ma capacité à rire s’était peu à peu effacée pour laisser place au cynisme et à l’aigreur. J’en fais trop ? Peut-être. Toujours est-il que Jeremy Clarkson, James May et Richard Hammond m’ont, sans jamais m’avoir rencontré, aidé à traverser “les océans du vide” dont parle si bien Cantat (je vais me ramasser les foudres, mais une fois de plus, je dirais qu’il faut savoir différencier l’artiste de l’homme et qu’il faut connaître avant de juger).

Top Gear, c’est une émission automobile. Pour la plupart des gens, le terme est rédhibitoire, puisque pour la majorité, une voiture sert à aller d’un point A jusqu’à un point B. “Alors ce n’est pas mon cas, je dirais, puisque moi…comme le dirait Otis, les engins qui font du bruit, qui vont vite et qui sont beaux, ça me fascine. Sûrement, est-ce dû à mon grand-frère, l’un de mes héros depuis toujours, pilote amateur, mais là n’est pas la question.

À la différence d’un programme auto lambda, Top Gear peut plaire à n’importe qui. Oui, même ma copine, pourtant peu intéressée par les voitures, m’a plusieurs fois rappelé “ce soir, on regarde Top Gear !“. Étonnant, me direz-vous ? Pas tant, en fait.

Ce programme, c’est bien plus que des bagnoles et des revues techniques, c’est une amitié qui dure depuis plus de vingt ans, un humour anglais à se pisser dessus et un budget ahurissant. Rajoute à ça, de l’originalité dans les présentations, du genre “pourquoi on ne se ferait pas tirer dessus pour montrer la solidité de la voiture” ou encore “viens, on achète une voiture qu’on a jamais vue à 2000 euros et on va faire la traversée de la Papouasie Orientale avec, celui qui a choisi la meilleure gagne” ; et tu obtiens le meilleur programme jamais sorti.

Plus encore, les trois lascars s’en vont dans des contrées reculées pour vivre des road trips dont ils et nous se souviendront à l’infini. On a presque l’impression d’être avec eux dans le cockpit et ça, c’est vraiment fou.

Il y a quelques années maintenant, l’aventure s’est terminée, Jeremy Clarkson ayant foutu une droite au producteur de l’émission. Les deux autres auraient pu continuer avec un nouvel acolyte, mais ils ont préféré partir avec celui qu’ils appellent tendrement “l’orang-outan”.

Fini les interviews incroyables ? Les tours de pistes des stars ? Les rencontres avec le Stig ?

En partie. Mais heureusement, le service Streaming Amazon a offert aux trois amis de continuer leurs bêtises dans une nouvelle émission appelée sobrement “The Grand Tour” et c’est très bon. Personnellement, je l’aurais nommée : “Allez-vous faire foutre, c’est nous que les gens veulent, vous avez vu votre audience pourrie depuis qu’on est parti ? Bande de losers !“. Bon, je te l’accorde, c’est un peu long. Il y a des tas de versions de Top Gear, mais la vraie, c’est la leur, et ce, sous le nom de Top Gear ou de Machin Bidule Truc.

Sache qu’avant de te lancer dans The Grand Tour, tu as 181 épisodes de Top Gear à regarder en prélude. Sans déconner, pour décompresser et rire, il n’y a pas grand chose de mieux.

J’adresse un merci solennel à ces trois gaillards et je t’encourage vivement à perpétuer leurs magnifiques aventures pleines d’explosions et de camaraderie.

C’était DeuxGodillots et je te dis à bientôt !

REF11/10/004

Un commentaire sur “TOP GEAR made in UK, le meilleur antidépresseur que j’ai pu tester.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :