pepparshoes/ avril 6, 2018/ 0 comments

Les deux premiers tomes de la saga Elements ont déjà été des coups de cœur. The Silent Waters perpétue mon amour pour cette série littéraire. Roman lu en partenariat avec les éditions Hugo New Romance.

Et si nous partagions notre amour en silence ?

Notre vie est faite de moments. Certains terriblement douloureux, d’autres merveilleusement optimistes. J’ai connu beaucoup de ces moments dans ma vie, des moments qui m’ont changée, des moments de défi. En tout cas, au cours des moments les plus importants – des plus déchirants et des plus incroyables – il était toujours là. J’avais huit ans quand j’ai perdu ma voix. Une partie de moi m’a été volée, et la seule personne qui pouvait vraiment entendre mon silence était Brooks Griffin. Il était la lumière de mes jours sombres, la promesse du lendemain, jusqu’à ce que la tragédie le rattrape. Une tragédie qui a fini par le noyer dans un océan de souvenirs. C’est l’histoire d’un garçon et d’une fille qui s’aimaient l’un l’autre, mais qui ne s’aimaient pas eux-mêmes. Une histoire de vie et de mort. D’amour et de promesses brisées.

Résultat de recherche d'images pour "i love you sign language"

Le battement de notre coeur en suspens jusqu’à la dernière page

Le moins qu’on puisse dire, c’est que j’attendais cette parution avec beaucoup d’impatience. Surtout vu la vitesse folle a laquelle j’avais dévoré les deux premiers livres de la saga. Etant donné que ce sont trois histoires entièrement indépendante, il n’est pas nécessaire de les lire dans l’ordre, mais je ne peux que vous conseiller ses prédécesseurs.

Encore une fois, l’auteure change entièrement de registre. Après avoir abordé le deuil et l’addiction, elle nous parle de traumatismes de l’enfance, puis à l’âge adulte, la perte d’éléments essentiels à la vie par ce biais là. Et comme toujours, la sensibilité de l’auteure est très forte, elle arrive à nous transmettre des émotions qui serrent notre cœur dans un étau, sans nous relâcher avant la dernière page, qui même elle, est super touchante. Elle est capable d’insérer de l’amour là où il y a du ressentiment, de la culpabilité, et beaucoup de difficultés. Et plus j’y réfléchis, plus je remarque qu’en fait, ce roman nous incite à communiquer. Peu importe les barrières, à ouvrir notre cœur à nos proches pour ne jamais laisser le silence et des émotions contradictoires étouffer notre voix.

Résultat de recherche d'images pour "i love you sign language"

Notre imagination en plein travail

L’auteure nous parle avec beaucoup de justesse, mais aussi de réalisme. Je ne sais pas trop quels termes choisir pour exprimer que j’entendais Maggie, la petite fille de 6 ans, jacasser, je voyais devant moi l’adolescente rebelle qu’est devenue sa sœur, je ressentais les vibrations de la guitare de son frère, et franchement, leur maison était hyper claire dans mon esprit alors que je n’en connais aucune similaire, ce qui est très rare.

Je ne sais pas vous, mais pour ma part, selon le milieu dans lequel évolue le roman, je visualise une maison, mais mon imagination à des limites donc souvent le cadre est une maison que je connais déjà. Là, je l’ai imaginé de toute pièce, c’est dire l’emprise de celui-ci sur mon esprit. C’était un vrai film qui se déroulait sous mes yeux, avec une intensité rare. J’ai même imaginé le physique des personnages de toutes pièces, sauf Brooks. Étrangement, j’imaginais un Zayn Malik amélioré, un peu mélangé avec Jamie Blackley du film inspiré de Si je reste.

Un style qui s’améliore de roman en roman

De toute façon, comme je le disais déjà dans ma chronique précédente, l’auteure s’améliore vraiment avec le temps. Son écriture est plus fluide, et plus distinguée, je trouve. Du coup, je me suis attachée à Maggie et Brooks comme à aucun de ses personnages au paravent, alors que j’adorais déjà ceux-ci ! Mais Maggie est particulière, à cause de sa situation certainement, elle aussi très spéciale, et Brooks est vraiment très attachant. Il n’est pas du tout torturé, et cela fait beaucoup de bien de lire une histoire aussi lumineuse malgré les difficultés que rencontrent les personnages. Quand je lis le résumé du dernier, je pense que nous auront à nouveau droit à un univers plus sombre comme dans The Fire, je profite donc d’autant plus du rayon de soleil que sont Maggie et Brooks.

Image associée

Vous aurez donc compris dés les premières lignes que j’ai encore d’avantage aimé ce troisième livre, si c’est possible. C’est une histoire incroyable autant par sa douceur que par la justesse des mots qu’emploie l’auteure. J’ai tellement hâte de pouvoir découvrir le dernier. Je suis à présent certaine qu’il en faudra beaucoup pour que B. C. Cherry me déçoive.

Vous pouvez retrouver mes chroniques sur mon blog Sorbet-Kiwi, notamment des romans de romance, comme par exemple Orgueil et Préjugés, ce classique intelligent, drôle, à la plume fine et qui nous livre une belle analyse de l’époque.

Un autre article du même auteur sur lesyeux-fertiles : Elements T.1 – The Air he breathes de B. C. Cherry

Pepparshoes

About pepparshoes

Pepparshoes, lectrice compulsive qui se noie dans sa pile à lire Je viens me joindre à l'équipe des Yeux Fertiles avec grand plaisir ! Ma passion ? Les livres, même si je m'intéresse à plein de choses, comme les séries, les films ou encore la musique. Mais avec une PAL (pile à lire) de 580 romans papiers (les numériques sont punis, on ne les voit que lorsqu'on appuie sur un bouton, alors ça compte pas... dit-elle pour se rassurer), j'ai de quoi m'occuper toute une vie, et la suivante lorsque je me réincarnerais en chat ! Les chats, c'est la vie, mon petit Sammy profite d'une grande partie de mon amour, qu'il doit se partager avec mon chéri. Mon genre de romans préférés ? La littérature contemporaine, très honnêtement, c'est ce que je lis le plus. Mais je ne suis pas une lectrice de la haute bourgeoisie littéraire, j'adore les romances, notamment la New Romance, j'aime beaucoup les thrillers, et même que de temps en temps je vais voir ce qu'il se passe du côté de la science-fiction ou de la littérature de jeunesse. Ma maison d'édition préférée reste les éditions Charleston, et mon amour pour Lucinda Riley n'a pas de limite, autre que celles que m'impose ma banquière. Je vous dis à très bientôt, et j'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que moi à vous conseiller des bons bouquins à lire sous un plaid, au chaud avec un bon café - thé - cacao - bière au beurre (barrez la mention inutile). Ah oui, sinon, j'ai un blog personnel aussi, qui se nomme Sorbet-Kiwi ! J'y parle de tout ce que j'aime, principalement de littérature, mais aussi de tout le reste, et j'abuse aussi parfois des gifs par là, venez me rendre visite si l'envie vous prend. Pour Sorbet-Kiwi, c'est par là : https://sorbetkiwi.wordpress.com/

Laisser un commentaire