The Musketeers ou les quatre bons petits gars.

Une série basée sur Les Trois Mousquetaires de Dumas, ça s’est juste au cas où… au cas où… tu vois. Bref.

“Un pour tous, tous pour un !”

De ses nombreuses adaptations, moi je viens te parler de la série produite par la BBC en 2014. Do you see ?

The Musketeers :

Commençons par le commencement : le générique. Il est totalement dépassé, les graphismes sont kitchs et la musique fait un peu vieille série télé (du genre de celles qui passent le mercredi après-midi sur M6). Même si pour moi, une série se doit d’être construite dès le générique, ici il vous faudra dépasser ce faux pas. Viennent ensuite les premiers épisodes qui font tout pour que vous accrochiez à la série, ce qui les rend particulièrement lourdingues. Mais ne faites pas vos bourrus, il faut continuer ! Lorsque ces désagréables étapes sont passées, on peut découvrir une série captivante.

La première saison pose le décor ; d’ailleurs le décor est somptueux (le tournage a été réalisé près de Prague). On rencontre les personnages et les bases de l’histoire se mettent doucement en place. La deuxième saison est un peu plus palpitante (j’ai dit un peu ! Commence pas non plus par la saison 2 hein !). Le suspenS, Cher Ami, est un peu plus présent, c’est-à-dire que tu n’en es pas à bouffer ta couette pour savoir la suite mais plutôt à titiller ton PC pour qu’il se magne de lancer le prochain épisode !

Notons que les costumes sont carrément somptueux. Les dames portent des robes aux cols affolants et les messieurs portent avec soin d’immondes collants, haha. Non sans dec, ils sont beaux.

Au niveau des acteurs, on reconnait Luke Pasqualino (d’Artagnan) connu pour avoir joué dans “Skins” (mais oui, tu vois bien de qui je parle, le boyfriend d’Effy). Le Roi Louis XIII est incarné par Ryan Gage, que vous avez peut-être déjà vu dans “le Hobbit” comme étant Alfrid, serviteur du Roi (apparemment, il ne faut pas grand-chose pour passer au grade supérieur). Dans la série The Musketeers, il interprète un personnage naïf et manipulé mais aussi caractériel et évolutif.

Les scénarios sont peu diversifiés, on est dans une série assez manichéenne. Je m’explique : il y a les vilains « fixes » de la série et les vilains « variables » à chaque épisode (non ce n’est pas de la compta là). Mais heureusement, les mousquetaires contrecarrent ces petits gredins tranquilou avec un petit jeu de jambes des familles et un petit coup de mousquet. Néanmoins, on se fait bien mener par le bout du nez, car on exècre les personnages qu’il faut détester (le cardinal Richelieu, Rochefort et le Gouverneur Féron) et on adule ceux qu’il faut adorer (ces quatre braves garçons). Noté que le pronom « on » est hypocrite haha, hum.

Bien que l’on parle sans arrêt de ces quatre gaillards, les femmes ne sont pas en reste. De la reine Anne d’Autriche, forte de ses convictions, à Constance Bonacieux, femme de poigne, en passant par Milady de Winter, mercenaire au tempérament bien trempé, les femmes de cette série sont fortes et ne reculent devant rien.

Pour les fans de romance, ne vous inquiétez pas, les histoires d’amour sont présentes à la pelle. De l’amourette d’une minute au coup de foudre d’une vie, tout y est. Il faut savoir tout de même que les mousquetaires sont très cavaliers sur ce point, saligauds qu’ils sont. Mais avouons-le tout de go, les quatre mousquetaires de cette adaptation ne font pas mal aux yeux.

Alors voilà, si t’es chaud pour commencer direct maintenant, sache que cette série est actuellement annulée. Bim. Cependant, elle a trois saisons à son actif avec 30 épisodes, ce qui est déjà bien pour s’occuper pendant plusieurs dimanches d’affilés ou pendant 26 heures non-stop, si t’es un fifou.

Mais attend ! Une histoire écrite par un écrivain français, réalisée par un groupe britannique et tournée en République Tchèque. Waouh, met les sous-titres chinois, ce sera encore plus intéressant.

Allez à très vite bientôt !

REF10/17/002

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :