The Last Man On Earth ou l’homme le plus drôle du monde (bah oui, il est tout seul).

The Last Man On Earth | J’aime pas trop utiliser le terme “malaisant” mais là… c’est celui qui décrit le mieux cette série. Phil “Tandy” Miller, je te kiffe de ouf man, change rien ! 

 

“Oooohh Farts”, ça commence ! 

Comme son nom l’indique, The Last Man On Earth parle d’un gars qui se retrouve seul sur… Ah ? On me dit dans l’oreillette que ce drôle de mec n’est pas le dernier à vivre sur Terre ? Bon… Euh… Et je leur raconte quoi moi aux lecteurs ? “Démerdez-vous Deuxgodillots”. 

OK, bon… j’y vais alors !

TLMON, c’est une série de 49 épisodes de 22 minutes répartis sur 3 saisons. Bah ouais, c’est court… Mais heureusement pour nous, une saison 4 est en cours ! La petite anecdote c’est que Phil Miller est la contraction du prénom de Phil Lord et du nom de Chris Miller, les deux producteurs de la série. Les gars, vous êtes des petits malins mais j’ai compris votre petit jeu!

Mais de quoi ça parle au juste ? 

Au bout du rouleau, Phil Miller (joué par Will Forte) tente de se suicider avec sa voiture mais c’est à ce moment qu’il rencontre une jeune femme qui lui fera comprendre qu’il n’est pas le dernier homme sur terre. “Ouf” me direz-vous… oui, mais pas tout à fait… Parce que cette nana est aussi délurée que lui ! Alors qu’ils ont la planète entière pour eux, les deux arriveront à se créer des problèmes de voisinages, du genre à ne plus pouvoir chier dans sa piscine en paix… Non mais vous y croyiez vous ?

Bien que l’immature Phil Miller tente d’être protecteur et responsable (ce qui le rend ridicule), on s’attache vite à lui et à son sort ainsi qu’à celui des autres personnages qu’il rencontre.

Absurde et tonique, cette série est parfaite pour qui veut se vider la tête. Ici, j’ignore s’il y a un fond. Mais vous voulez que je vous dise ? Je m’en fou !

Allez, profitez de votre premier malaise pour moi, je vous dis à bientôt,

DeuxGodillots.

Produits disponibles sur Amazon.fr

REF09/17/014

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :