The Elders Scrolls V : Skyrim , ou l’histoire du garde qui s’est pris une flèche dans le genou !

Skyrim  | Bienvenue en Bordeciel, l’une des neuf contrées de Tamriel, continent central d’un univers fantastique médieval plus que bien travaillé !

Cinquième opus officiel d’une saga phare de l’industrie du jeu-vidéo, Skyrim se démarque de tous les autres jeux existants. Tout simplement parce que c’est le meilleur !

Cessons les carabistouilles et laissez-moi vous expliquer point par point pourquoi d’après moi ce jeu est une perle qui mérite une place dans le petit livre des perfections placées sur Terre (juste entre la mousse au chocolat et David Duchovny)!

Commençons par le peu de négatif :

  • Le jeu a graphiquement mal vieilli :  en à peine 5 ans le jeu est passé de sublime à complètement dépassé. On pourrait dire que c’est le cas de tout les jeux, maiiis… non, Skyrim s’est cassé la gueule esthétiquement dû à son empreinte très marquée qui a perdue toute crédibilité dès la sortie du jeu suivant. Au final, on ne peut même pas considérer ça comme un point négatif, vu qu’il ne dénote qu’en comparaison d’œuvres plus récentes.

Le Positif à présent :

  • L’univers : comme dans chaque œuvre fictive, un choix s’impose, notre monde ou un autre ? Si quelqu’un penche pour la deuxième option (coucou Deuxgodillots),  il lui faudra créer son univers de A à Z. Si des livres comme ceux de Tolkien ou des films comme ceux de Lucas ont passionné des millions de gens avec leurs univers fictifs, qui serait le représentant vidéo-ludique ? La réponse c’est Bethesda. Je ne suis pas un immense fan de la compagnie en elle même mais plutôt du soin apporté par chaque employé lors de la création d’un nouveau monde. L’univers de la saga des TES ou même des Fallouts est précis et construit dans les moindres détails. Quand on veut qu’un joueur se sente immergé, qu’il ne soit plus un simple livreur de pizza mais qu’il soit le Dovahkiin, chaque détail compte énormément.
  • L’écriture : de la même manière, les gens qui vivent dans ce monde doivent être réalistes. Une banale caricature de Conan le barbare ne suffit pas à faire un bon personnage. Ici, le système de dialogues est complet et les répliques sont bien écrites. Vous êtes libres de choisir votre voie dans la quasi-totalité des quêtes et vous devenez un personnage de ce monde comme chaque autre soldat, bûcheron, aubergiste, mage ou encore simple villageois que vous croiserez !
  • La Musique : juste exceptionnelle et envoûtante, peu importe le moment ! Du génie à l’état pur, à un tel point que même la Corée du Nord l’a utilisée pour un spot de propagande (non, ce n’est pas une blague).
  • La Multitude de choses à faire : on ne s’ennuie jamais ! Tuer un dragon, récupérer une hache légendaire, faire un duel à mains nues, décorer sa maison, avoir une famille ou même un chien, ce jeu offre du contenu à vie ! Si vous ne me croyez pas, demandez à Bob Lennon :p .
  • Tout le reste : Que ce soit les guildes, la variété d’objets, les compétences, les très nombreuses possibilités de combat, les quêtes, chaque con de garde et sa réplique fétiche… tout ça forme un gloubiboulga absolument génialissime, qui une fois servi à table, restera chaud et succulent pour le restant de votre vie !

Conclusion :

Il est très compliqué pour moi de m’arrêter là, ce jeu mérite une critique de 15 fois cette taille ! Mais bon, vous ferez avec !
En conclusion, si vous n’êtes actuellement pas dans l’espace vous n’avez pas d’excuse valable que pour ne pas attraper votre manette/clavier-souris et éviter de mourir idiot 😀 !

Kotontije, Out.

REF09/17/012

Un commentaire sur “The Elders Scrolls V : Skyrim , ou l’histoire du garde qui s’est pris une flèche dans le genou !

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :