The Crippled Frogs / Ragtime, liquors & headaches

Les joyeuses Grenouilles Drômoise ont mis les bouchées doubles avec leur troisième opus paru ce mois-ci, intitulé “Ragtime, liquors & headaches“, comprenez musique afro-américaine des années 1900, blues entrainant et ballades country.
Une version 2017 de nos gardiens de nos collines et de nos montagnes du Vercors avec un retour salué du béret, quatre ans après leur deuxième album éponyme.

Il aura fallu attendre près de quatre années sans nos cow-boys préférés issus de notre bonne vieille Drôme pour entendre le son des troubadours à l’âme soul, blues, ragtime, country et folkienne des années 60, où chantonnent guitares, banjo, harmonica, mandoline, guitare résonateur, ukulélé, saxophone, pianos, batterie, contrebasse et j’en passe…

Rythmes enjoués, bonne humeur constante, du ragga-polka sur “Chronic Broken Heart Blues” aux accents tahitiens, du rock poussiéreux sur “The King, the Party and the Troubadour”, quant au “Capitain Parrot” il fricote avec un certain Bowie sur Mars sur un air de banjo et de guitare résonator. Banjo que l’on retrouve sur cette rengaine à faire virevolter le feu de votre cheminée, “October Sun” tombe à pic avec son harmonica possédé.
Puis un léger, mais puissant mistral souffle sur la folk lancinante, mélancolique et terriblement pertinente grâce à la comptine, “The Journey of a Queen and a Lawyer”.
Il en sera de même avec ce titre “Another Sad Song to Be Sung” qui nous plonge dans les bars sombres où chanteurs folk, à la manière d’un Dylan, viennent pousser la porte pour interpréter leurs tristes ritournelles avec toujours cette bonne vieille guitare, ce bon vieux tambourin usé et ces voix qui se mélangent.
Encore une oui, une chanson “headache” comme ils disent, une bonne complainte comme on les aime où l’on reprend une mousse sur le titre “As I Recall” qui donnerait un bon coup de fouet au film “Inside Llewyn Davis”.
Et comme on est gourmand, on en reprend une troisième, avant le grand final, avec cette ode amoureuse un tantinet excessive et sa scie musicale qui nous tranche le cœur en deux sur “Ode To Lady O”.
Le grand final qui clôture un grand album, avec cette mélancolie poignante “Oklahoma Sands” qui s’offre des airs de Tarantino sur la dernière minute.

Les grenouilles ne font pas dans le bénitier et elles dépoussièrent sauvagement le blues en le rendant plus accessible (pour les non initiés), ouvert et moderne avec des mélodies entêtantes, joyeuses et bien orchestrées, je pense aux titres “She’s Having Fun Tonight”, “Bad Luck Blues” et “Half A Dozen Monkey” qui sonnent blues à leur façon, mais dans un style proche d’une valse, d’une danse un peu folle et étourdissante.

C’est un peu le mot de la fin, “étourdissant” par le bond en arrière, la maitrise des instruments, de l’arrangement qui sonne d’époque et ces voix chaloupées.
Ce bond en avant aussi qui donne une force à cet album, par ses genres musicaux plus éclectiques (blues certes mais pas que…), plus aboutis aussi, plus comestibles donc…et comme les grenouilles donnent de leurs petites pattes “esquintées” sur ce 12 titres, on en reprendrait bien avec un peu d’ail, du persil, du citron et beaucoup de talent !
Bravo Messieurs !

TITRES CONSEILLES:
*She’s Having Fun Tonight
*The King, The Party and The Troubadour
*Chronic Broken Heart Blues
*The Journey of a Queen, and a Lawyer
*Another Sad Song to be Sung
* October Sun
*As I Recall
* Oklahoma Sounds

Merci à Julien Garcia “la grenouille à baguettes” (et aux 4 autres hommes-grenouilles) pour la prise de contact, leur fidélité et pour le CD dans la boite !

Pour suivre leur actu, c’est ici : Facebook “The Crippled Frogs”

Produits disponibles sur Amazon.fr

REF11/17/029

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :