Cineemotionart/ janvier 3, 2018/ 9 comments

Split | Je reviens aujourd’hui avec un film assez particulier, étrange et qui ne plaira pas forcément à tout le monde. J’ai nommé Split signé Night Shyamalan sorti en février 2017. Le réalisateur de Sixième sens, Le Village, Signes reprend tous les procédés  pour ce dernier film. Split ne saurait donc pas faire défaut à la filmographie d’un réalisateur aux réalisations aussi bien mystérieuses que fascinantes.   

Avec un casting plutôt méconnu, mise à part James McAvoy, le film a fait très peu parlé de lui mais il mérite véritablement de s’y attarder. Si on regarde la bande-annonce d’un peu plus près, on penserait que le film est simple et presque prévisible. Il n’en est rien. Ne vous fiez pas à toutes les images que vous verrez. C’est pourquoi je vous conseillerais de ne pas vous informer sur le film (ou très peu), vous n’en serez que plus surpris.

Il est toujours très difficile de parler d’un film signé Shyamalan tellement ses réalisations sont particulières. Pourtant, les thèmes qu’ils abordent dans ses films sont assez proches, ou reviennent assez souvent : le bête, créatures mystérieuses, extra-terrestres, amour, la foi. Et tous les jeux de reflets, de couleurs, de mise en scène sont très distinctifs de sa réalisation ce qui fait de lui, selon moi, un réalisateur brillant.

Revenons au sujet principal. Shyamalan signe avec ce film son retour parmi le 7e art avec un film étonnant, captivant et dont le traitement (et l’intrigue, l’idée) est original. Ce thriller fascinant nous prouve le talent du réalisateur à se baser sur un mystère et une intrigue très bien ficelé. L’intrigue du film est faite pour faire naître dès le début une tension, une angoisse qui demeurent jusqu’à la dernière minute du film. On s’aventure véritablement dans les méandres d’un être torturé et de personnalités multiples. Et cela en est prenant.

Ajouté une mise en scène excellente où on navigue entre différents personnages, différents rythmes (avec la psy, les jeunes filles et les différentes personnalités), Shymalan relève avec brio un pari risqué sur ce genre de sujet. Il s’intéresse vraiment à son personnage pour faire voyager le spectateur et nourrir un thriller oppressant à l’image des filles enfermées. Et le ton ne fait que monter puisque la tension s’accentue à mesure que les minutes passent et  elle en devient presque étouffante. Shymalan va plus loin dans son intrigue en nous créant un univers presque fantastique où la mutation et les capacités cérébrales se greffent parfaitement à la réalité en nous y présentant la possible arrivée de la bête. Cette menace qui règne tout au long du film renforce l’attente et l’angoisse et met à rude épreuve nos nerfs. Et le plan final clôt magistralement cette tension.

Porté par un James McAvoy cinglant, flippant autant qu’époustouflant et brillant, Split renforce toute la dimension dramatique et angoissante créée. L’acteur révèle ici son talent en incarnant un héros tourmenté. C’est un exploit d’interpréter autant de personnalités pour un seul rôle tout en les différenciant  avec leurs comportements propres, leurs mimiques, leurs histoires et leurs accoutrements sans que cela ne tombe jamais dans le ridicule ou la caricature. Je tire mon chapeau (même si j’en ai pas !). Les trois jeunes filles jouées par Ana Taylor-Joy, Haley Lu et Jessica Sula qui lui donnent la réplique sont également excellentes nous offrant des interprétations efficaces et convaincantes. Les autres acteurs et actrices sont également très convaincants.

En bref, Night Shymalan livre un thriller sombre où tension, angoisse règnent tout en entretenant l’intrigue et le mystère de bout à bout. Porté par un James McAvoy juste époustouflant, Split est un thriller efficace et intelligent qui saura complètement vous captiver.

Vous pouvez également lire mes critiques sur mon blog Cineemotionart.

Un autre article sur lesyeux-fertiles du même auteur : Le crime de l’Orient-Express – le film.

Cineemotionart

About Cineemotionart

“Les zombies mangent des cerveaux… Vous n’avez rien à craindre” Chroniqueuse à (preque) plein temps et rêveuse à plein temps, je suis du genre à parler des heures de films, séries, romans et autres sujets qui m’intéressent. Et pour ne pas ennuyer ma famille ou mes amis (ça arrive très souvent, croyez-moi !), j’écris sur ce qu’il me plaît sur mon blog. On peut même me comparer à un zombie en manque de chair mais pour moi, c’est en manque de film. Donc prenez garde, je mange tout ce qui se passe sous la main, si je ne peux visionner un film. Vous pouvez également lire mes absurdités sur mon blog : cineemotionart.wordpress.com

9 Comments

  1. Je trouvais ce film très alléchant. L’histoire des personnalités multiples est extrêmement fascinante et McAvoy est époustouflant, jouant avec sa postures, son regard, les inflexions de sa voix de façon absolument bluffante. Mais finalement, je suis sortie plutôt déçue. Finalement, ce que tu en dis, c’est ce que j’aurais aimé en penser en sortant. On rencontre vraiment que très peu de personnalités, la plupart étant très effacées, et surtout l’arrivée de la Bête a, à mes yeux, fait partir le film dans un grand n’importe quoi de pseudo film d’horreur bien américain. L’idée était géniale, d’autant plus qu’elle part d’une pathologie stupéfiante, mais la fin est bien mal traitée à mon goût.

    1. Cineemotionart

      Merci pour ton retour et ton commentaire. Je comprends tout à fait ce que tu ressens. J’ai lu des critiques qui avaient le même point de vue. C’est vrai que c’est très dommage de ne pas avoir développer plus tous les personnalités que le film esquissé (à peine). J’aurais également voulu en voir plus. Mais il ne faut pas oublier (je pense) que le but était a juste titre de développer une angoisse, une tension face à cette 24e personnalité qui le prend sur toutes les autres. Moi j’ai trouvé ça très prenant de se positionner là-dessus. Évidemment, c’est ce que j’ai ressenti après l’avoir vu. Chaque spectateur se fait son idée, c’est très subjectif et c’est ça la magie du cinéma. 😊

      1. Évidemment, mais du coup, ce fait de se focaliser sur la 24e personnalité et surtout son arrivée justement ôte l’originalité qu’aurait pu avoir le film. Enfin, c’est comme ça… Par contre, il m’a donné présence de lire le livre de Daniel Keyes, Les Mille et une vies de Billy Milligan.

        1. *”Très envie”, pas “présence”. Des fois je ne comprends pas les corrections automatiques de ma tablette. ^^

          1. Cineemotionart

            Oui ça m’arrive très souvent aussi. 😊Je ne connaissais pas ce roman. J’ai lu le résumé et pareillement, j’ai très envie de le lire maintenant. Merci pour ce partage. Maintenant il me reste plus qu’à l’acheter. 😊

            1. Je vais essayer de le trouver d’occasion, mais bon… Je vais déjà essayer de lire les livres reçus à Noël avant de recommencer à en acheter ! ^^

          2. Cineemotionart

            Au fait j’ai pas trouvé que c’était justement un point négatif que shyamalan se positionne de cette manière. 😊

            1. C’est son choix. Après, sa Bête ne m’a pas convaincue, mais c’est juste mon avis. S’il avait fait autrement, c’est peut-être à toi que ça n’aurait pas plu. ^^

              1. Cineemotionart

                C’est certain. Chaque choix qu’un réalisateur fait, peut ou pas plaire. 😊
                Et de mon côté c’est la même chose, plein de romans que je devrais lire et doit lire avant d’en acheter de nouveaux. Ce serait mieux quand même.

Laisser un commentaire