Quelques minutes après Minuit. Une réussite pleine d’émotions.

Si vous avez un coeur, il vous sera impossible de rester stoïque devant votre écran.

C’est le premier film de Juan Antonio Bayona que j’ai vu et je peux dire avec une quasi-certitude (bah oui, peut-être qu’un bus m’écrasera avant) que ce ne sera pas le dernier.

Il relate l’histoire de Conor, un jeune garçon à l’allure triste et chétive. Solitaire et battu par ses “camarades” de classe, Conor doit faire face à la grave maladie de sa mère. Seulement, il ne s’en sort pas du tout. Seule sa maman lui ressemble, elle a son âme d’artiste et sa douceur contrairement à son père qui est absent et à sa grand-mère trop rigide pour les enfants.  Comment accepter l’impossible ? Voilà le sujet.

Durant la terrible épreuve de “l’acceptation”, Conor se réfugie dans les bras feuillus d’un If animé à la fois effrayant et attachant (personnage qui m’a tout de suite rappelé les Ents de Tolkien). Ce dernier apparaît quelques minutes après minuit, d’où le titre. D’ailleurs, quand vous le regarderez, faites attention à l’heure affichée sur toutes les horloges.  Vous verrez que le souci du détail n’est pas un vice pour le réalisateur.

D’abord dans le déni, Conor marche vers une forme de courage au cours de ses pérégrinations oniriques. Quand on sait que Lewis MacDougall (acteur qui incarne Conor) a lui-même perdu sa mère, on ne peut être qu’admiratifs. Le jeune interprète envoie un message puissant et plein d’espoir à ceux qui vivent la maladie par procuration.

Du côté artistique, c’est à couper le souffle. À seulement 42 ans, le réalisateur nous offre des plans d’une justesse absolument déconcertante. Accompagnés par la fantastique musique   de Fernando Velάzquez, il n’est pas étonnant que le film ait reçu 9 Goyas, dont celui du meilleur réalisateur et de la meilleure musique originale.

Je le conseille vivement, Carafdo, Lachouettealunette et moi-même avons passé un magnifique moment.

REF10/17/025

5 commentaires sur “Quelques minutes après Minuit. Une réussite pleine d’émotions.

Ajouter un commentaire

  1. Coup de cœur aussi de mon côté !
    Et si je peux te conseiller, regarde “The Impossible”, aussi réalisé par Bayona, qui traite également de la famille en mettant en avant une très belle relation mère-fils (même si le film se passe durant le tsunami).

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :