augustineperriquet/ novembre 1, 2017/ 1 comments

Sur ordre du pape, les cinq cardinaux les plus influents du Vatican prennent connaissance d’un rapport explosif rédigé par Titanium, le leader mondial des algorithmes. Le compte à rebours de l’extinction de l’Eglise catholique a commencé.

Au même moment, à Paris, le commissaire Antoine Vargas assiste à la mise aux enchères d’un sarcophage du Moyen Age qui contient … les restes d’un vampire …

Le décor est joliment planté.  Habilement tressés, les mots allument les sens.  Les images, les senteurs, les sons. Tout est senti et ressenti. Assise dans mon sofa de Touquistonche, je voyais l’alignement des cyprès, j’humais les doux effluves des oliviers et j’entendais le crissement des pneus de la noire berline crapahutant dans la tiédeur ouatée du fief papal.

L’érudition du duo d’écrivains – Eric Giacometti & Jacques Ravenne – est évidente.  On apprend, on décode, on découvre.  Certaines pages requièrent même une double lecture, histoire de bien tout avaler, car le menu est copieux : le Graal, l’ésotérisme, la franc-maçonnerie, le diable, la Table Ronde, les vampires, la symbolique, … sans oublier les clins d’yeux répétés aux héros de votre tendre jeunesse, Indy, Yoda et quelques autres.

Bref, il y a du mythe sur la planche et c’est plutôt bien amené.  Evidemment bien sûr, ce livre n’est pas un coup d’essai. Le commissaire Antoine Marcas sévit depuis « Le Rituel de l’Ombre » paru en 2005, mais j’avoue n’avoir point lu les « épisodes » précédents de la saga.  Ceci expliquant peut-être un peu cela, je suis souvent restée « à côté » de lui, sans réellement partager ses craintes, ses douleurs ou ses passions. Conséquemment à cette carence empathique, j’ai trouvé que certaines scènes d’action étaient un peu sur-jouées, comme dans les romans d’ados.

La fin du récit nous plonge dans la légende du Roi Arthur avec force détails.  Brocéliande n’aura plus de secret pour vous et, par sa bravoure, Perceval vous enchantera.  En conclusion, j’ai beaucoup aimé la richesse de la matière et ce livre mérite très clairement sa place dans votre bibliothèque.  J’ai juste le sentiment étrange d’avoir pleinement savouré le début, mais d’avoir moins salivé sur la fin.

Sur ces quelques lignes, je prends congé de vous.  Je vous reviendrai avec une critique de « La fille dans le brouillard » de Donato Carrisi, un auteur qui me plaît beaucoup.  Rafale de bises.

[amazon_link asins=’2266273019,B00QJEL42Y’ template=’ProductCarousel’ store=’lesyeux-fertiles’ marketplace=’FR’ link_id=’9aafa4ce-ca0c-11e7-9025-f54df44d1a3b’]

REF11/17/002
Augustineperriquet

About augustineperriquet

Puisqu’il m’est si poliment demandé de me présenter, voici : je m’appelle Augustine Perriquet. Je suis née quelque part entre la disparition du dernier Wisigoth et l’invention du fil de fer barbelé. Suite au fameux bug de l’année 1375, je suis immortelle. Mon compteur s’est arrêté à 72 ans pour l‘éternité. J’habite un château perdu dans la Creuse, le Château de Touquistonche. Ma passion pour les plantes vertes m’a valu le surnom de Dame Binette. A mes heures perdues, j’aime me vautrer dans le canapé de la véranda pour dévorer un bon bouquin. Dernièrement, j’ai … « Non, pas ta vie Augustine, juste quelques mots pour te présenter, merci » !

1 Comment

  1. Il est dans ma PAL depuis quelques mois; j’ai lu tous leurs livres qui sont vraiment passionnants; merci pour le partage

Laisser un commentaire