Le Poète – Michael Connelly

Le Poète | Depuis « La Défense Lincoln » et « La Blonde en Béton », j’avoue ma joyeuse addiction pour Michael Connelly.  Son style fluide et efficace ravit toujours mon palpitant.

A chaque fois, son talent de narrateur m’emballe.  C’est toujours finement construit, sans ficelles apparentes.  Il m’emmène où il veut m’emmener, sans avoir l’air d’y toucher. Tout ce que j’aime.

C’est donc avec une débordante délectation que je viens d’attaquer « Le Poète », récemment réimprimé chez Poche, avec un bandeau prometteur : « le roman culte », à l’image du « Dahlia Noir » (à conseiller bien sûr).

Alors que mes yeux tennissaient avidement de ligne en ligne, le clocheton de Touquistonche tinta.  Une visite. Dare-dare, je m’extirpai de mon canapé, mais badaboum … mes pieds se prirent dans le tapis. Vous remarquerez le « s » à pieds, c’est deux fois plus dangereux.

Immédiatement, ma sœur dégaina son portable pour appeler le Samu. Ce Samu-là, c’est mon cousin. C’est le diminutif de Samuel, comme Manu pour Manuel, vous voyez ? Quand Samu décrocha, il ne put rien faire, bloqué qu’il était à Bourganeuf à cause d’un distributeur qui venait de bouffer sa carte de banque.

Les heures tournent et je me languis de voir arriver les secours. Lasse d’attendre, je réclame Henri Goland, mais ça ne me fait pas rire du tout.  C’est le médecin de famille.

Heureusement, Henri est dispo et grimpe illico dans son carrosse décapoté. Il peste pour la clim et râle sur l’état de la route. Les nids de poule ont mangé le macadam.

Tant bien que mal, il arrive enfin à Touquistonche et m’administre aussitôt un remède de cheval.  En patiente impatiente, j’accepte six pilules dans le gosier et deux piqûres dans la fesse.  Mon compte est bon.

Pendant mon somme, Goland m’ausculte et m’annonce son diagnostic sans appel quand je reviens des limbes : c’est le tendon d’Achille ! Ouf me dis-je, ce n’est pas le mien.

Rassurée, je me relève et je reviens vers le canapé … mais Le Poète a mystérieusement disparu.  Je suis contrite, désolée, consternée, mais ces improbables circonstances ne me permettront pas de vous en dire davantage aujourd’hui.

Si ce n’est l’évidence : achetez vite ce bouquin !

Produits disponibles sur Amazon.fr

REF10/17/004

 

3 commentaires sur “Le Poète – Michael Connelly

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour “Leb”. Chez Connelly, il a 2 personnages récurrents … susceptibles de se croiser au hasard des pages. L’un est flic, l’autre avocat … et ils ont un lien de parenté. Perso, j’aime beaucoup le caractère de l’avocat. Je te conseille donc d’attaquer avec “La Défense Lincoln”. Je te laisse car il y a une rediff de Thierry la Fronde sur Médiéval TV.

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :