pepparshoes/ avril 24, 2018/ 0 comments

En tant qu’alsacienne, j’ai été fortement attirée par ce titre, Le parlement des cigognes, cet oiseau étant l’emblème de l’Alsace. Ce que je ne savais pas, c’est qu’elle est également celle de la Pologne. Je me suis retrouvée intégrée à un groupe de jeune, sur les traces de l’histoire de Cracovie. Coup de coeur !

Le parlement des cigognes, un récit bouleversant

Cracovie, au cœur de l’Europe : durant la visite d’une galerie de peintures, de jeunes français rencontrent un vieillard insolite portant nœud papillon en laine et canne à pommeau. Il se tient immobile devant un tableau représentant des cigognes. Qui est cet homme si irradiant d’énergie ? Au travers d’un récit bouleversant, le vieil homme témoigne de son expérience dans un pays jadis asservi par les nazis. Il livre cette part de vérité sans laquelle il n’est pas de liberté possible. Cette vérité irréparable qu l’on porte en soi pour toujours. Une poignante leçon d’histoire.

Un groupe de jeune attachant

D’habitude, lorsque j’ai un coup de cœur pour un récit, cela passe souvent par mon amour pour l’un ou l’autre personnage. Mais pour une fois, je fais face à l’exception qui confirme la règle. Nous rejoignons un groupe de jeunes gens, dans la vingtaine, qui font une excursion à Cracovie dans le cadre de leur travail. Ils vont partir à la découverte de la ville, découvrir les bars à lait, par exemple, faire plus ample connaissance, tomber amoureux.

Krakau - Wikivoyage

La cohésion de groupe est centrale à l’histoire, mais un personnage sort particulièrement du lot : David. Il s’est renseigné sur la ville, sur son histoire, par le biais d’un oncle. Ce n’est pas dit clairement, mais il me semble que David est juif. Et c’est là que l’histoire débute, Le vieil homme dont parle le résumé raconte son histoire un peu plus tard, c’est d’abord David qui parle de l’histoire à ses nouveaux amis.

Une thématique dur et bouleversante, tristement réelle

C’est lors d’un jogging matinal qu’il va emmener le groupe à travers l’ancien quartier juif. Cela va les mener jusqu’aux portes de l’ancien camp de concentration Plaszow. Une vraie leçon d’histoire pour moi. Pourtant, je me suiss déjà énormément intéressée à la seconde guerre mondiale, et plus particulièrement à la Pologne. Je connaissais les Pogroms, l’histoire des camps, la haine des locaux chrétiens, même l’histoire du ghetto. C’est une thématique qui me touche particulièrement, mes arrières-grands-parents paternels ayant fuis la Pologne pour venir se réfugier en Alsace (les pauvres naïfs…). Mon nom de famille est d’ailleurs polonais. Mais je ne connaissais pourtant pas l’histoire aussi précise de Krakau, alors que le roman ne fait que 128p. !

Plik:Krakow Klasztor Norbertanek.jpg – Wikipedia, wolna ...

David prend exemple sur La liste de Schindler a de nombreuses reprises, surtout pour parler de Amon Göth. Bref, en visitant la ville, le groupe se rend dans un musée, et rencontre enfin le vieillard, qui va leur raconter son histoire.

Des émotions violentes et intenses

Et là, c’est le déluge. J’ai commencé par être secouée de frissons, puis les larmes se sont formées. Plusieurs fois j’ai du fermer le roman avant de continuer. Oh, ce ne sont pas des émotions positives, loin de là. Pour moi, ce roman est très dur, très violent. Mon estomac se soulevait, la terreur me submergeait. Cela ne m’a pas empêché de le lire d’une traite, avec de très courtes pauses. Simplement pour me remettre, à court terme, de toutes ces émotions.

C’est touchant et terrible, surtout lorsqu’on sait que ces faits sont réels, que l’auteur s’est inspiré de vraies personnes dont les histoires sont citées à la fin. Pourtant, malgré toute cette horreur, un message d’amour, de compassion, d’écoute des récits anciens aussi, d’amitié est transmis. Surtout l’espoir, toujours l’espoir. Et si vous voulez savoir comment les cigognes peuvent sauver la vie de quelqu’un, lisez cette histoire, j’ai trouvé cette courte partie du récit assez surprenante.

File:White Stork-Mindaugas Urbonas-1.jpg - Wikimedia Commons

J’ai adoré cette lecture coup de cœur, qui est terriblement sombre et douloureuse, qui remue l’histoire, encore une fois, mais avec justesse et qui met a l’honneur l’amitié et le fait que la vie continue… toujours.

Vous pouvez retrouver mes chroniques sur mon blog Sorbet-Kiwi, notamment des romans historiques, comme par exemple Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux, une lecture forte et perturbante !

Un autre article du même auteur sur lesyeux-fertiles : La montagne entre nous de Charles Martin.

About pepparshoes

Pepparshoes, lectrice compulsive qui se noie dans sa pile à lire Je viens me joindre à l'équipe des Yeux Fertiles avec grand plaisir ! Ma passion ? Les livres, même si je m'intéresse à plein de choses, comme les séries, les films ou encore la musique. Mais avec une PAL (pile à lire) de 580 romans papiers (les numériques sont punis, on ne les voit que lorsqu'on appuie sur un bouton, alors ça compte pas... dit-elle pour se rassurer), j'ai de quoi m'occuper toute une vie, et la suivante lorsque je me réincarnerais en chat ! Les chats, c'est la vie, mon petit Sammy profite d'une grande partie de mon amour, qu'il doit se partager avec mon chéri. Mon genre de romans préférés ? La littérature contemporaine, très honnêtement, c'est ce que je lis le plus. Mais je ne suis pas une lectrice de la haute bourgeoisie littéraire, j'adore les romances, notamment la New Romance, j'aime beaucoup les thrillers, et même que de temps en temps je vais voir ce qu'il se passe du côté de la science-fiction ou de la littérature de jeunesse. Ma maison d'édition préférée reste les éditions Charleston, et mon amour pour Lucinda Riley n'a pas de limite, autre que celles que m'impose ma banquière. Je vous dis à très bientôt, et j'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que moi à vous conseiller des bons bouquins à lire sous un plaid, au chaud avec un bon café - thé - cacao - bière au beurre (barrez la mention inutile). Ah oui, sinon, j'ai un blog personnel aussi, qui se nomme Sorbet-Kiwi ! J'y parle de tout ce que j'aime, principalement de littérature, mais aussi de tout le reste, et j'abuse aussi parfois des gifs par là, venez me rendre visite si l'envie vous prend. Pour Sorbet-Kiwi, c'est par là : https://sorbetkiwi.wordpress.com/

Laisser un commentaire