La Vérité sur l’affaire Harry Quebert.

Nola, N-O-L-A, NOLA, NOLA. Un nom pour des dizaines d’âmes en peine, un nom pour signifier l’Amour, un nom qui secoue l’Amérique. Bienvenue dans La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, attachez vos ceintures, on décolle maintenant !

La Vérité sur l’affaire Harry Quebert :

Vous avez sûrement entendu parlé de ce livre ? Le second du très talentueux Joël Dicker, le Best Seller qui parle de deux auteurs à succès et d’un drame terrible, non ?

Alors, je ne vois pas pourquoi vous continuez de me lire. Allez, vous avez du retard ! Enfin… Attendez quand même la fin de ma critique finalement… Je vais faire vite, c’est promis.

Ce livre conte les aventures de Marcus Goldman, jeune écrivain a succès. Très heureux de fêter la gloire de son premier roman, Marcus déchante vite quand son éditeur lui demande d’en écrire un second. Pour le dire clairement, il a la trouille, les chocottes, enfin, t’as compris. Perdu, il appelle son mentor, Harry Quebert, auteur chéri de l’Amérique, pour lui demander son aide. Ce dernier invite Marcus chez lui, loin du tumulte de New York, pour l’aider à écrire. Prêt à tout, il accepte et prend la route.

Commence alors l’apprentissage de l’écriture, comme à l’époque où Quebert était son professeur d’université. Marcus suit les conseils de son maître mais rien n’y fait, sa plume refuse de cracher le moindre mot.

C’est dans cette ambiance maussade, qu’un jour, le cadavre de Nola Kellergan est déterré dans le jardin d’Harry Quebert. Nola, adolescente disparue des années plus tôt. Avec elle, le manuscrit des Origines du Mal, livre qui a fait le succès de Quebert.  Très vite accusé de son meurtre, son élève fera tout pour innocenter Harry, quitte à s’attirer des ennuis.

Fort de centaines de rebondissements, ce livre est une réponse biblique aux fans des enquêtes haletantes. Bien qu’il y ait quelques défauts dans l’écriture, comme la répétition des prénoms dans les dialogues ou encore le manque de clarté quant à la chronologie, ce livre est tout simplement brillant. Hyper structurée, la trame scénaristique du bouquin m’a laissé pantois et admiratif. Il y a des tiroirs, des sous-tiroirs, des sous-sous-tiroirs, des sous… Enfin bref, vous avez compris !

Je recommande vivement !

REF09/17/007

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :