lennon62/ avril 19, 2018/ 0 comments

Hawkwind ce forment en 1969 , à une époque ou le psychédélisme déverse encore ses relents acides sur le rock. En cette année bénie, le grateful dead sort « live dead », quicksilver messenger service transforme le blues à grands coups de riffs planants, et le Jefferson airplane est encore auréolé du succès de « surrealistic pillow ».

Hawkwind , lui , trouve sa voie alors qu’il assiste à un concert de Pink Floyd. Impressionné par les prestation hallucinés du groupe de Syd Barrett , les musiciens d’Hawkwind inventent un concept de fête païenne futuriste. Pour faire vivre son concept, le groupe s’offre les services de l’écrivain de Science fiction Michael Moorcock.

Ce collectif vat produire deux album, ou la guitare fuzz fait décoller l’auditeur dans cet espace fantasmé par Kubrick. Le groupe parviendra même à sortir de l’underground, le temps d’un « silver machine » chanté par un Lemmy à la voie déjà puissante.

Mais ce qui marquera les esprits c’est surtout ces prestations surréalistes, ou le groupe renvoie les héroes psychédéliques au bac à sable. Souder à une rythmique hypnotique, Lemmy fait résonner une basse boueuse, qui s’allie à la guitare pour emmener l’auditeur dans un décor spatiale. Au milieu de ce brasier apocalyptique, une danseuse effectue des rites étranges, les lumières stroboscopique soulignant la volupté de ses formes, et l’opulence de sa poitrine offerte aux yeux des spectateurs.

Au milieu de la prestation, Arthur Brown récite une prophétie dystopique d’une voie robotique. Dans la salle, des doses de LSD ce glissent parfois dans les verres des spectateurs distraits. Ceux-ci n’ont pas forcément besoin de cette substance pour avoir la sensation d’être transporté dans un monde inconnue, excitant, et un peu angoissant.

Il faut dire que le groupe joue fort, travaillant son publique jusqu’à ce que celui-ci face véritablement corps avec cet univers spatial. Redoutant la prochaine éruption sonore lors de chaque interlude, le publique ne peut pourtant pas détourner ses yeux, et ses oreille, du spectacle tonitruant qui lui est proposé. Tel une foule face à un prêcheur en transe, il vibre à chaque assaut sonore, il plane sous l’effet de bidouillages hypnotisant, il s’émerveille devant les prédications fantaisistes d’Arthur Brown.

Ce n’est pas un concert qu’il vit, mais une véritable expérience communautaire. Blues rock déstructuré, Heavy métal d’un autre monde, hard rock spatiale, ces prestations sont tous ça à la fois, et bien plus encore.

Restituant l’ambiance de ces événements si particuliers, « space ritual » est de loin le plus grand album d’Hawkwind. Le voyage qu’il propose atteint ici un niveau d’aboutissement extraordinaire. Encore aujourd’hui, il donne l’impression à l’auditeur d’entrer dans un autres univers, avec une seule question en tête : Comment une musique pareille à t’elle pue être imaginé par un cerveau humain ?
 

About lennon62

Avant d’entamer une collaboration que j’espère riche, il est essentiel que je me présente à vous, humbles lecteurs. Comme mon pseudo semble l’indiquer, je suis ici dans le but de partager ma passion pour le rock dans toute sa diversité. Pour remplir cet objectif, j’ai bâti un site que je gère depuis quelques mois déjà. Mais comment a-t-il chopé le virus me direz vous ? (À moins que vous vous en foutiez mais faites au moins semblant pour contribuer au bon déroulement de cette présentation !) Et bien, quand on évoque mes premiers émois musicaux, je me remémore immédiatement les nuits de voyages où « the rising » tournait en boucle sur l’auto radio. Après de longues heures passées à écouter AC/DC , Status quo, Les Who etc …, j’ai complèté ma culture rock en cherchant mes groupes fétiches dans d’autres genres (prog, folk rock , punk …). Ces découvertes, je les ai faites grâce aux heures passées a lire et relire les chroniques de certains albums et autres documents. C’est à partir de ce matériel que j’ai pu forger ma vision de la musique rock. Cette vision, je vous propose de la découvrir à travers mes articles.

Laisser un commentaire