pepparshoes/ janvier 23, 2018/ 2 comments

Le hasard aura mis le premier tome de la saga Half-Bad sur mon chemin, lorsqu’on me l’a offert. Néanmoins,  ce n’est que lorsque Ma toute petite culture m’a proposé une lecture commune que je l’ai dépoussiéré, deux ans plus tard. Et j’ai été ensorcelée !

De quoi ça parle ?

Dans l’Angleterre d’aujourd’hui, deux clans de sorciers vivent en secret au côté des humains : les adeptes de la magie blanche et les sorciers noirs. Mais la naissance de Nathan vient bousculer l’équilibre des forces car il est à la fois un sorcier blanc et un sorcier noir. Son père est un des plus puissants et cruels sorciers du monde. Sa mère, adepte de la magie blanche, est morte. À 16 ans, Nathan va recevoir ses pouvoirs comme tous les sorciers. Mais il n’est pas comme tous les sorciers… Son clan va décider de l’enfermer : Nathan est piégé dans une cage, battu et menotté. Les frontières entre le bien et le mal n’ont jamais été aussi floues et menacées.

Résultat de recherche d'images pour "harry potter azkaban"

Un page-turner addictif

Dés les premières pages, j’ai été intriguée. D’une part, par l’écriture, qui est d’abord assez confuse, je dois admettre. Cela ne m’a pas découragée, loin de là, plutôt troublé au point d’enchaîner les pages pour en savoir plus. Evidemment, cela est combiné à un scénario digne d’un film. Déjà, l’univers de la sorcellerie est très bien amené. Qui est cette sorcière des premières pages qui séquestre Nathan ? Et pourquoi fait-elle ça ? Le jeune homme aborde des sujets, mais les laisse en suspend, comme pour nous narguer, sans pour autant nous frustrer. Puis, une fois sa situation introduite, il part dans ses souvenirs, comment il est arrivé là. De manière générale le dynamisme est vraiment bien géré, on a l’impression de suivre le temps de la même manière que dans le roman, ce qui en fait un vrai page-turner.

Des thématiques intéressantes et profondes

On apprend vraiment à connaître Nathan. On rencontre l’enfant, auquel je me suis attachée. Sa famille, notamment sa grand-mère et ses frères et sœurs. Etant mi-blanc mi-Noir, il va être sujet au harcèlement, notamment au collège, par des sorciers blancs qui le considèrent comme une hérésie. On pourrait croire que c’est simple et banale, mais Half-Bad aborde en arrière plan des thèmes intéressants et profonds, comme l’adolescence et le fait de se sentir mal dans sa peau, harcelé par les autres parce qu’on est différent, mais aussi le racisme.

Résultat de recherche d'images pour "harry potter racist"

Bien qu’ici ce soit plus une vision de « bien » et de « mal » qui est d’abord dépeinte, on se rend vite compte que les suprématistes blancs ne sont pas innocents, loin de là. Les thèmes du bien et du mal sont donc bien centraux, mais c’est surtout l’équilibre qui en ressort, avec des problématiques liées à l’homosexualité, à la guerre beaucoup aussi, à l’amour et aux chagrins d’amour, ou au deuil. Des problématiques adultes, dans une saga pour adolescents, que je trouve essentiels pour la compréhension du monde par les jeunes. Enfin bref, j’y ai trouvé mon compte en réflexions !

Un personnage évolutif comme on en rêve en littérature de jeunesse

J’aime vraiment la façon dont l’auteure aborde ses thématiques par le biais de l’évolution du jeune homme. Alors que nous l’avons vu grandir, et embrasser sa nature de sorcier blanc pour Annalise, rejetant de plein fouet sa moitié noire, tentant de distinguer le bien du mal selon les codes que lui impose la société, il va encore évoluer. Après tout ce qu’il a du traverser, il va mûrir d’un coup, mais surtout, il va devenir un sorcier noir avec tout ce que cela implique dans l’imaginaire populaire. Et pourtant… Sally Green nous permet de relativiser, d’affronter les points de vues, et de toujours nous attacher plus a Nathan, malgré sa souffrance.

Résultat de recherche d'images pour "sirius black"

Une saga qui aborde la maturité des adolescents

La dualité présente en Nathan, mais aussi son apprentissage de l’équilibre sont vraiment des thèmes que je trouve important pour ce public particulièrement, et ils sont de toute façon si bien amenés que des adultes si retrouvent sans aucun problème. Ce sont des sujets importants, et cette recherche d’équilibre est nécessaire mais surtout universelle. Sorciers ou béjaunes (les moldus de Half-Bad), tous sont concernés par cela. Et mine de rien, la politique est aussi importante, puisqu’il y a une perte de l’Etat de droits, une réelle dictature mise en place.

Une fin mature, qui fait de Half-Bad une saga hors du commun

Un mot sur la fin, qui est majestueuse, pleine d’émotions et de frissons qui nous remontent la colonne vertébrale, qui font jaillir les larmes, pour de bonnes ou de mauvaises raisons ? Happy Ending or Bad Ending ? Pour ne rien spoiler, je n’en dirai rien. Mais à mes yeux elle est parfaite, incroyablement bien menée. Je trouve sincèrement qu’elle casse les codes des romans fantastiques pour la jeunesse. Je n’en ai jamais lu une aussi parfaite, avec de belles références comme me le rappelait Hélène, une perle rare de la littérature pour adolescents d’après moi.

Résultat de recherche d'images pour "harry potter perfect"

Oui, je n’ai que mis des gifs Harry Potter, c’est volontaire <3 

Il faut dire que je suis triste que la saga principale soit terminée. C’est une saga majestueuse, qui casse les codes et nous plonge dans un bain d’émotions incroyables. Un coup de cœur que je conseille  à tout le monde !

Vous pouvez retrouver mes chroniques sur mon blog Sorbet-Kiwi, notamment des romans de littérature de jeunesse, comme par exemple Les Outrepasseurs, cette saga géniale, que j’ai absolument adoré et qui est un coup de cœur de bout en bout. En apparence jeunesse et légère, j’y ai trouvé de vraie réflexions sur le bien et le mal.

Un autre article du même auteur sur lesyeux-fertiles : La montagne entre nous de Charles Martin

Pepparshoes

About pepparshoes

Pepparshoes, lectrice compulsive qui se noie dans sa pile à lire Je viens me joindre à l'équipe des Yeux Fertiles avec grand plaisir ! Ma passion ? Les livres, même si je m'intéresse à plein de choses, comme les séries, les films ou encore la musique. Mais avec une PAL (pile à lire) de 580 romans papiers (les numériques sont punis, on ne les voit que lorsqu'on appuie sur un bouton, alors ça compte pas... dit-elle pour se rassurer), j'ai de quoi m'occuper toute une vie, et la suivante lorsque je me réincarnerais en chat ! Les chats, c'est la vie, mon petit Sammy profite d'une grande partie de mon amour, qu'il doit se partager avec mon chéri. Mon genre de romans préférés ? La littérature contemporaine, très honnêtement, c'est ce que je lis le plus. Mais je ne suis pas une lectrice de la haute bourgeoisie littéraire, j'adore les romances, notamment la New Romance, j'aime beaucoup les thrillers, et même que de temps en temps je vais voir ce qu'il se passe du côté de la science-fiction ou de la littérature de jeunesse. Ma maison d'édition préférée reste les éditions Charleston, et mon amour pour Lucinda Riley n'a pas de limite, autre que celles que m'impose ma banquière. Je vous dis à très bientôt, et j'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que moi à vous conseiller des bons bouquins à lire sous un plaid, au chaud avec un bon café - thé - cacao - bière au beurre (barrez la mention inutile). Ah oui, sinon, j'ai un blog personnel aussi, qui se nomme Sorbet-Kiwi ! J'y parle de tout ce que j'aime, principalement de littérature, mais aussi de tout le reste, et j'abuse aussi parfois des gifs par là, venez me rendre visite si l'envie vous prend. Pour Sorbet-Kiwi, c'est par là : https://sorbetkiwi.wordpress.com/

2 Comments

  1. Legereimaginareperegrinareblog

    Merci pour ce retour; très intéressante cette saga, j’adore les histoires de sorcellerie et bien que le thème du Bien contre le mal soit un thème largement éculé il est toujours intéressant d’en voir une approche différente (comme dans la trilogie “Chroniques d’un saint exorciste” que j’ai chroniquée dernièrement). Je ne sais pas si j’aurai le temps de la lire un jour mais je suis très tentée 🙂

    1. Pepparshoes

      Je peux vraiment te la conseiller, en plus ce n’est pas très épais et pourtant très complet 🙂

Laisser un commentaire