Cineemotionart/ 4 comments

Je reviens aujourd’hui pour vous parler du dernier film réalisé par Christopher Nolan intitulé Dunkerque. Christopher Nolan après être devenu un réalisateur adulé dans le genre dramatique-fantastique, s’essaie aujourd’hui à un  nouveau genre plutôt difficile, celui du film de guerre. Très difficile puisque la comparaison avec d’autres références du genre peut vite se faire ressentir. Donc le pari est-il réussi ?

Christopher Nolan a réussi à imposer une ambiance très oppressante, certes. Mais quelque chose m’a manqué à la fin du film, un je-ne-sais-quoi qui aurait pu encore plus me prendre aux tripes. Il faut toutefois le dire, Christopher Nolan a réussi à s’approprier le genre de manière magistral en nous livrant un film complètement transcendant. Bien plus qu’un film de guerre, Christopher Nolan nous transporte dans une histoire incroyable où chaque moment peut tourner en un véritable drame. Les sensations d’immersion sont très réussis et on croirait véritablement être sur la jetée ou sur la plage attendant de monter sur un des bateaux. Un film donc très intense et immersif. J’étais complètement scotché sur mon siège comme les soldats qui entendent les avions arrivés pour les bombarder. Tout ceci rendu possible par le réalisme des actions, des scènes et de l’incroyable travail d’Hans Zimmer sur la musique qui magnifie la tension, l’oppression, la menace qui en découlent durant tout le film.

Les choix opérés par Christopher Nolan sont louables mais m’ont perdu un moment notamment du fait des découpes de temps et des personnages. L’autre bémol qui réside dans le film est le développement dramatique des personnages qui manque véritablement à la narration. Je comprends toutefois ce choix puisque tous les protagonistes sont des hommes parmi tant d’autres qui tentent tant bien que mal de survivre à l’enfer de Dunkerque. Ce qu’il tente de retranscrire dans ce film est l’horreur de la guerre, le côté très impersonnel, banal et presque indifférent de ce que vivent les soldats sur cette plage. D’autant plus que la menace est quasi invisible, mise à part,  les avions allemands que l’on voit par-ci par-là mais la menace est très réelle et est accentuée par les bruits assourdissants des avions et des bombardements.

Christopher Nolan a fait le choix d’élaguer les dialogues pour laisser la communication verbale, la musique, les images parler à la place ce qui apporte une profondeur très intéressante. Sa mise en scène est très rythmée et est renforcée par la BO. Enfin, les acteurs ont certes peu de développement et donc d’épaisseur, ils réussissent quand même à être très convaincants dans leur jeu.

En bref, Christopher Nolan a réussi le pari difficile de s’approprier un genre nouveau pour lui. Bien que certains choix m’aient un peu dérangé, j’ai été toutefois fasciné et scotché sur mon siège par cette œuvre immersive, humaine et glaçante de réalisme. Une expérience que je conseille vivement !

4 Comments

  1. Je suis assez d’accord avec toi, film oppressant, où la musique et l’ambiance sonore et visuelle joue un rôle majeur !!
    C’est changeant, mais il est vrai qu’il est bien dommage qu’on n’en sache pas plus sur les personnages…mais ce n’était eut être pas là le but du film…. Belle expérience pour ma part !

    1. Cineemotionart

      Christopher Nolan nous montre autre chose et c’en est plaisant. En effet, je ne pense pas que son but était de développer au max ses personnages mais de montrer que la guerre est impersonnelle. Belle expérience qui je pense ne laissera personne indifférent !
      Merci pour ton retour ! 😊

  2. Je n’aime que très peu de films de guerre et celui-ci fait clairement partie du lot ! Il est oppressant, bouleversant et extrêmement réaliste…

    1. Cineemotionart

      En effet, il faut vraiment être fan de ce genre pour aimer les films de guerre. Mais celui-ci peut toucher tout le monde et c’est ce qui fait sa force.
      Merci pour ton commentaire. 😊

Laisser un commentaire