Category Archives: S-F

La planète des singes – Suprématie, le combat final, qui restera indemne ?

La planète des singes – Suprématie, le combat final, qui restera indemne ?

À l’occasion de la sortie cet été du dernier opus de l’incroyable saga La planète des singes, j’avais lancé une série de chroniques. Cette série de chroniques étant arrivée à la fin, ce sera donc au tour de ce dernier opus d’être mis en lumière. La planète des singes, suprématie, réalisé par Matt Reeves clôt de manière magistrale un blockbuster intelligent, efficace et réussi.

La planète des singes : l’affrontement, Man vs. Ape !

La planète des singes : l’affrontement, Man vs. Ape !

Comme j’avais commencé par le premier opus, on reste encore aujourd’hui avec César que l’on retrouve de nouveau pour ce deuxième opus de la saga, La planète des singes, l’affrontement, réalisé cette fois-ci par Matt Reeves qui reprend les rênes. L’histoire suit César dix ans après les évènements du premier. Et que dire ? Cette suite envoie du lourd et reste pour moi une saga incroyable.

La planète des singes : les origines, le retour des singes !

La planète des singes : les origines, le retour des singes !

Avec la sortie cet été du dernier opus de la saga La planète des singes, la suprématie, je voulais revenir sur cette saga. Quoi de mieux que commencer par le commencement, avec La planète des singes, les origines. Avec ce tout premier opus, Rupert Wyatt reprend de manière admirable cette saga qui ne fera que surprendre avec la suite réalisée par Matt Reeves.

Thor : Ragnarok. Un constat mitigé (ft Cine emotionart)

Thor : Ragnarok. Un constat mitigé (ft Cine emotionart)

Je suis allé voir Thor : Ragnarok il y a de cela quelques jours. Mais produire un avis unilatéral à propos d’une oeuvre paraît à la fois bien trop humain et “perspectiviste” et peut-être trop réducteur pour des lecteurs qui valorisent l’objectivité. Nous avons besoin de saisir d’autres points de vue et laisser le lecteur maître de sa décision : l’influencer mais l’influencer honnêtement.

Mad Max : Fury Road. Tout est dans le titre !

Mad Max : Fury Road. Tout est dans le titre !

Mad Max : Fury Road | « SOIS TEMOIN » gueule un war boy poussiéreux, la mine bouffie par un sourire de satisfaction. Il empoigne deux javelots explosifs. Il voit s’entre-ouvrir la porte du Valhalla tant désiré. C’est son moment. Il saute de son véhicule lancé à plus de 150 km/h pour atterrir droit sur le buggy de son ennemi juré. Une déflagration retentit. Le vacarme de la horde est tel qu’elle se manifeste comme peut se manifester une étoile dans un ciel capricieux. Les plaines désertiques d’Australie sont si cruelles ! Mais il est temps pour le chef de guerre du misérable kamikaze de reprendre sa traque pour l’or noir !

Premier Contact, pourquoi sont-ils ici ?

Premier Contact, pourquoi sont-ils ici ?

Qui n’a jamais rêvé de savoir ce que regorge l’univers, ce qui s’y cache. Tout le monde se pose des questions sur notre existence et sur l’existence d’une autre forme de vie. Y a-t-il une autre forme de vie ? Que feraient-ils si jamais ils se posaient sur notre Terre ? Cette fascination de l’homme pour l’univers, pour le contact avec un organisme extraterrestre a amené nombre de réalisateurs à poser leur regard cinématographique. Denis Villeneuve n’a pas fait obstruction à la règle. Et le premier contact du réalisateur avec le genre nous offre une lecture, un regard différent du cinéma. Et c’est une belle réussite !

Ghost in the shell, avec ou sans ghost ?

Ghost in the shell, avec ou sans ghost ?

Autant vous le dire tout de suite, cette franchise ne m’était certes pas inconnue mais je n’avais jamais lu l’oeuvre originale de Masamune Shirow ni visionner les adaptations successives de ce mastodonte du manga et de l’animation japonaise. Mais en entendant les dires des fans, le projet d’une adaptation en film par le cinéma hollywoodien avaient tout pour déplaire et complètement sombrer. Mais avec un regard vierge de toutes références du manga et/ou de l’anime, je me suis laissé entraîner par cet univers SF atypique.

Blade Runner 2049 : Le monstre de la science-fiction.

Blade Runner 2049 : Le monstre de la science-fiction.

Il était minuit quand je suis sorti de la salle de cinéma, j’ai mis mes écouteurs et j’ai lancé un album de Hong Kong Express (un bon groupe de VaporWaves), pour me forcer à rester dans l’ambiance du film que je venais de voir. Pendant les 30 minutes de vélo pour retourner chez moi, je n’ai pas décroché de l’univers fantastique qu’est Blade Runner 2049.