Brothers, a Tale of Two Sons. De la poésie vidéo ludique.

Ce jeu est beau, intelligent et touchant.

Quelque part, dans un monde inspiré des contes de Grimm et d’Andersen, se passe l’épopée de deux frères. Brothers, c’est l’histoire d’un père malade, d’un remède lointain et d’un voyage effrayant pour ses deux fils. La particularité ? Chaque frère a son côté de la manette.

 

Alors oui, c’est un peu troublant au début mais ne vous en faites pas, on s’y habitue rapidement. Après… Si vous êtes comme moi, un peu limité sur la coordination (du genre à être incapable de faire des cercles sur sa tête et de taper son ventre en même temps), rien ne vous empêche de partager la manette. Bien qu’inconfortable, cette solution a le mérite de vous faire vivre l’aventure à deux, comme les frères.

Brothers :

C’est un voyage onirique au pays des géants, c’est un casse-méninges fait de moutons et de ponts. C’est aussi un conte dur et froid où la mort n’est jamais loin. À la fois poétique et réaliste, son univers ne laisse pas indifférent.

J’ai eu la chance de partager la manette avec Chouettealunette et nous en gardons tous deux un merveilleux souvenir. Cependant, ce dernier est teinté de mélancolie. En effet, en plus d’être court, le jeu n’offre pas de rejouabilité, c’est un one-shot saisissant qui laisse un peu sur sa faim.

J’ai apprécié sa jouabilité et ses graphismes, j’ai regretté que ça soit trop court (bah oui, quand c’est bon, on ne veut pas que ça se finisse) mais dans l’ensemble, je le recommande vraiment. Moi, il m’a fait chialer…

Et toi ? Qu’est-ce que t’en as pensé ?

 

REF09/17/004

 

3 commentaires sur “Brothers, a Tale of Two Sons. De la poésie vidéo ludique.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :