Brimstone : une oeuvre inhumaine et difficile

Brimstone | Une sage-femme muette poursuit sa vie tranquille dans un hameau de l’ouest-américain. Mais un révérend fanatique aux propos virulents prend ses fonctions dans la chapelle et vient perturber la quiétude ambiante.

Il la connaît bien. Elle le connaît encore mieux…

Son arrivée marquera le début ou la continuité d’une descente inexorable dans les Enfers où le Mal semble s’illustrer, de manière imparable, comme le grand vainqueur. Mais dans les méandres les plus profonds, dans les obstacles les plus sordides se dresseront toujours une petite lueur de paix.

L’espoir de vivre enfin.

Brimstone, c’est à la fois un pamphlet à l’allure biblique mais aussi un film engagé, ayant pour vocation de montrer, voir même parfois à l’exagération, la condition féminine de cette époque. Dans cette période de troubles législatifs, il apparaît souvent que seule la famille permet à la femme de trouver une place décente dans la société, protégée du stupre et des mauvais traitements…

Mais lorsque la famille se révèle être elle-même un lieu de dépravation et d’horreurs, comment trouver sa place dans ce monde de fous ?

Brimstone est un puissant cocktail où les âmes les plus vaillantes sortiront du cauchemar avec un sentiment d’euphorie et de culpabilité vis à vis du genre humain. Il ne faudra pourtant pas se laisser transporter par une rancoeur viscérale légitime, mais plutôt lui laisser le temps de s’estomper après la digestion des scènes insoutenables.
Il sera alors plus simple de trouver ce cadavre putréfiant parfaitement exquis.

Attention tout de même. Brimstone est très dérangeant et les âmes les plus sensibles pourraient aisément finir avec des séquelles psychologiques. En bref, un film traumatisant.
Soyez prêts à accepter votre statut de spectateur face aux abominations humaines les plus abjectes qui soient.


 

REF09/17/001

11 commentaires sur “Brimstone : une oeuvre inhumaine et difficile

Ajouter un commentaire

  1. Je n’ai pas encore regardé le film en replay. Je préfère être en forme pour le regarder. Je pense qu’il est du style de pas mal de films déjà vus par moi où il est nécessaire de s’accrocher et de prendre du recul devant la condition féminine si méprisée. Un jour peut-être ? 🙂

    1. Certes, mais je peux t’assurer que ce sera très nouveau pour toi. La violence est à la fois extrêmement explicite mais aussi fortement implicite. Je dirais que le réalisateur joue également avec l’imaginaire collectif. En tant qu’homme j’ai déjà été fortement choqué par de nombreuses scènes, alors si tu es une femme, je pense que tu pourras encore mieux t’identifier avec l’héroïne et ressentir encore plus profondément les choses. Car même si certaines scènes poussent les choses assez loin et sont hyperboliques, il est des situations dans notre société qui placent la gente féminine dans une condition qui fait étrangement penser à ce qui est parfois montré … Bref, à voir, mais avec quelqu’un je pense, pour pouvoir en discuter d’emblée !

          1. Le film est très bien interprété par Nastassja Kinski. Cinématographiquement, ce sont de magnifiques plans d’images. L’actrice est merveilleuse, ce sera confirmé par la suite. Quant à Thomas Hardy, j’ai vu le film très noir de Jude l’obscur avec deux grands acteurs, dans une autre optique, mais aussi une femme qui se bât pour ses enfants et elle. Je ne sais si vous l’avez vous. Une scène absolument insoutenable dont je ne dirai rien.

            1. Pas du tout, mais je suis bien content que vous m’abreuviez de suggestions sur le sujet et que vous me transmettiez votre expérience et le lien qu’il entretient avec les œuvres que vous explorez ! J’ajoute ce film à ma liste !

              1. Les films basés sur les écrits de Thomas Hardy sont difficiles à regarder. Des films noirs où la femme se bat pour sa liberté. Dans Jude l’Obscur, magnifique interprété par les deux acteurs, dont Kate Winslet que j’aime beaucoup est d’une noirceur effroyable et met en avant aussi la difficulté d’être une femme dans un monde d’homme, et une descente en enfer pour le couple parce que la société ne veut pas d’un couple non marié et en supplément avec des enfants. Une survivance qui donne sur une image choc en fin de film. Je l’ai vu deux fois avec deux regards différents. Cette scène reste tout de même insoutenable. Si vous ne l’avez pas vu, elle est très très pénible. Je n’en dirai pas plus.

      1. Je viens d’aller lire quelques commentaires. . Même si j’ai connu la violence et d’autres choses dans mon enfance, je n’aurais pas trop envie d’aller voir ce genre de film. Sauf si il y a vraiment un sens artistique au niveau cinématographique. Je puis passer au-dessus de certaines violences, même une scène de viol, mais les brutalités faites à une femme me rappellera trop des choses vécues, même si ce n’est pas totalement identique. Il n’est pas nécessaire de raviver des souvenirs très désagréables. Déjà que le film : la Leçon de Piano ne m’avait pas trop plu. Et pourtant je l’ai regardé à deux reprises, avec deux états d’esprit différent, ayant mieux apprécié la seconde fois sous un angle plus cinématographique et davantage dans l’art du cinéma.

        1. Si tu penses ne pas pouvoir sortir indemne de ce film, alors passe ton chemin en effet ! La violence est difficilement supportable là-dedans, alors la voie du refoulement est aussi respectable !

          1. Merci pour ton commentaire 🙂 Un homme qui bat sa femme, qui la viole, je pense avoir vu un film de ce genre, il y a un moment. Je ne me souviens plus du titre. C’était une histoire pas drôle du tout, une histoire noire, c’est davantage que sombre, et où l’héroïne se battait pour la liberté de sa conditions familiale. Cela se passait dans le monde agricole. A la fin il finit par mourir des mains de cette femme au nom de sa liberté. Le film se termine sur son départ, avec un enfant ou pas je ne sais plus, en marchant sur les blés dorés de l’été. J’ai pu le voir. Je pense que voir ce film au nom de la liberté féminine, maman, voir un article que je lui ai consacré, ainsi que mon frère et surtout moi-même avons vécu dans une non-liberté qui influera toute mon existence même si j’ai vécu dans une forme de résilience. J’ai soixante-sept ans. C’est une autre histoire. J’ai lu que le film était comparé à la Nuit du Chasseur qui pour moi est le film le mieux interprété par Robert Mitchum. Un film noir que j’ai pu voir. Une autre génération de cinéaste. La suggestion dans le cinéma est bien pire que les images crues, c’est du moins mon avis.

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :