Benjamin Bailleux/ janvier 22, 2018/ 1 comments

Issus de Birmingham, les membres de Black Sabbath viennent du Black Country, une zone industrielle où travaille leur guitariste Tony Iommi. Pour oublier le travail en usine, le guitariste rejoint son groupe lors de soirées où ils reprennent Cream ou Hendrix dans les salles qui acceptent de les accueillir.

En 1969, Ozzy Osbourne a une idée qui va sortir le groupe de la monotonie des concerts de bars.
Impressionné par le succès des films d’horreurs, il propose d’ajouter une ambiance sombre à la musique de Black Sabbath. À la même époque, Tony Iommise coupe trois doigts lors de son travail d’ouvrier métallurgiste. Déterminé à ne pas lâcher son groupe au moment où celui-ci commence à trouver son identité, Iommi fabrique ses prothèses qu’il coud au bout de ses doigts. Mais la sensibilité engendrée par cet incident oblige surtout le musicien à régler sa guitare un ton plus bas, pour ménager ses doigts meurtris. Pour s’adapter à ce changement, le bassiste fait de même. Ces changements, alliés au chant de prédicateur fous d’Ozzy Osbourne marquent la naissance définitive du style du groupe.

Enregistré un soir de 1970 sur une simple cassette Black Sabbath (l’album) fascinera le monde du rock grâce à une ambiance lugubre et un son à la lourdeur sans équivalent. Si ses passages les plus bluesy peuvent le faire passer pour un rival du Led Zeppelin II, sorti un an plus tôt, Black Sabbath part déjà ailleurs : tout en restant furieusement rock’n’roll, ce premier album pose, grâce à ses textes fantastiques, la lourdeur de ses riffs, et son folklore satanique (la croix inversée sur la pochette intérieure), les bases de ce que sera le heavy metal.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les actuels Orange Goblin, Kadavar, ou Doctor Acid and the Deadbeat citent le groupe comme une référence majeure. Avec son successeur, Black Sabbath représente un heavy metal encore lié au hard rock. Les fans de Deep Purple , Led Zep et Black Sabbath peuvent encore se dire qu’il font partie du même mouvement.

Deux ans plus tard, le groupe partira dans une direction plus radicale avec Master of Reality.
Bien qu’il puisse être considéré comme le fondateur du metal émancipé que nous connaissons aujourd’hui, il ne fascinera pas autant que ce premier essai.

Ce premier album est une célébration rock’n’roll indispensable pour comprendre la musique amplifiée : il représente, avec Paranoid la frontière entre le hard rock et le heavy metal. Cette frontière, le Sabb la franchira bientôt, le rock’n’roll étant devenu trop étroit pour sa musique lugubre.

Mais c’est une autre histoire …

Lennon62

About Benjamin Bailleux

Avant d’entamer une collaboration que j’espère riche, il est essentiel que je me présente à vous, humbles lecteurs. Comme mon pseudo semble l’indiquer, je suis ici dans le but de partager ma passion pour le rock dans toute sa diversité. Pour remplir cet objectif, j’ai bâti un site que je gère depuis quelques mois déjà. Mais comment a-t-il chopé le virus me direz vous ? (À moins que vous vous en foutiez mais faites au moins semblant pour contribuer au bon déroulement de cette présentation !) Et bien, quand on évoque mes premiers émois musicaux, je me remémore immédiatement les nuits de voyages où « the rising » tournait en boucle sur l’auto radio. Après de longues heures passées à écouter AC/DC , Status quo, Les Who etc …, j’ai complèté ma culture rock en cherchant mes groupes fétiches dans d’autres genres (prog, folk rock , punk …). Ces découvertes, je les ai faites grâce aux heures passées a lire et relire les chroniques de certains albums et autres documents. C’est à partir de ce matériel que j’ai pu forger ma vision de la musique rock. Cette vision, je vous propose de la découvrir à travers mes articles.

1 Comment

  1. Legereimaginareperegrinareblog

    Merci pour ce super article qui m’a appris plein de choses intéressantes moi qui suis fan de ce groupe depuis ma lointaine jeunesse…C’est toujours un réel plaisir de me plonger pour quelques instants dans l’histoire de groupes ou de disques connus ou moins avec des anecdotes sympas 🙂

Laisser un commentaire