Baby Driver, il n’a d’enfantin que le Nom.

J’aime l’acteur et sa tête de gamin, j’aime la playlist minutieusement préparée et j’adore les cascades de voitures ! Tu l’auras compris, j’ai surkiffé Baby Driver !

Résumé :

Baby Driver, c’est l’histoire d’un gars qui s’appelle Baby. Ouais, toi aussi tu trouves ça bizarre ? T’es pas le seul… Et devine ce qu’il fait ce p’ti mec ? Hein ? Bah oui, t’as deviné, il conduit. J’avoue qu’ils ne se sont pas trop foulé sur le nom, mais quand t’as “Drive” dans le titre d’un film, c’est tout de suite un succès (DRIVE, TAXI DRIVER, MULHOLLAND DRIVE), alors on ne peut pas trop leur en vouloir ! Plus sérieusement, Baby doit des thunes à un salopard et pour le rembourser, il aide des criminels à faire des casses en conduisant. Que dis-je en conduisant, en pilotant ouais !

Baby-Driver-Subaru-WRX-STi-Stunt

Seulement, l’échéance du remboursement approche et Baby rêve d’arrêter de rouler pour des salauds et de partir avec une charmante jeune femme.

Les points faibles de Baby Driver :

À deux doigts d’être brillant au niveau scénaristique, Baby peut quand même décevoir. Optant pour l’insertion de personnages complètement barges, le film prend le risque d’être décrédibilisé. En effet, j’ai trouvé que ces derniers étaient parfois plus proches des méchants de comics que de personnages réels. Le fait qu’il soit orphelin aussi, est à la fois justifié – puisque la mort de ses parents est le point de départ de son histoire – mais la figure de l’orphelin reste un cliché à la dent dure que j’aurais préféré ne pas voir. Vraiment, je chipote, tout ça c’est du détail, dans l’ensemble le film est brillant et je vous explique pourquoi juste en dessous.

Les points forts de Baby Driver :

Il y en a trop pour tous les citer tant ce film regorge de bonnes idées, je parlerai donc de ce qui m’a le plus frappé.

Bon, je ne surprendrai probablement personne en parlant de la playlist. Baby souffre d’acouphènes, pour ne plus les entendre, il écoute de la musique en permanence. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle est juste folle (cette musique), il n’y rien à jeter et on est pas obligatoirement dans les gros tubes, c’est fin, sensible et intelligent. Je vous la laisse pour que vous vous fassiez une idée :

Les plans sont à couper le souffle, ils s’enchainent de manière fluide, précises et parfois d’une manière très originales, c’est un pur régal. Mêlé à une parfaite maîtrise de la colorimétrie, c’est un sans faute.

Les cascades aussi sont très réalistes, on est dans la bagnole et on sent que ça bouge, on sent que sous nos pieds, un moteur suralimenté d’Impreza rugit fièrement.

Il faut aussi parler du casting de fou :  Ansel Elgort, Lily James, Jamie Foxx, Kevin Spacey et bien d’autres sont de la partie ! Vous vous rendez compte ? Je condamne fermement les actes du dernier cité mais l’artiste demeure tout de même un très grand acteur !

Le rythme proposé pour osciller entre les scènes d’actions et de violences est idéal. On passe de Baby livrant des pizzas à 200, dansant dans la rue, enregistrant des trucs bizarres à un Baby tenant un flingue, manquant de se faire écraser, etc… Rien ne s’essouffle et c’est TOP.

Baby, c’est un héro qui fait du bien, il a des failles, il est sensible et c’est pas une grosse brute débile, le personnage est réfléchi et touchant et beaucoup plus réalistes que beaucoup d’autres personnages de films.

Enfin, j’ai appréciée la fin qui pour une fois est, à mon humble avis, une très belle porte de sortie. Mais je ne vous en dis pas plus, ce serait tout gâcher !

Conclusion :

Foncez (c’est le cas de le dire)… Oh non, j’ai fait cette blague, je suis un vrai beauf. Quoiqu’il en soit, vas-y quand même, ça en vaut vraiment le coup !

anigif_sub-buzz-3537-1496434845-1

PS : Chouetteàlunettes a lu quelque part que si on regardait le film avec des écouteurs, on entendait les choses de la même manière que Baby. Genre quand il retire son écouteur gauche, bah tu n’as plus de musique à gauche, cool non ?  Si t’as essayé, n’hésite pas à venir le confirmer !

C’était DeuxGodillots et je vous dis à bientôt.

REF11/17/021

2 commentaires sur “Baby Driver, il n’a d’enfantin que le Nom.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :