Cineemotionart/ mai 23, 2018/ 0 comments

Après quelques films plus ou moins réussis adaptés de jeux-vidéos, c’était le tour d’une franchise très connu d’avoir également son adaptation pour le plus grand bonheur des fans. Mais a-t-il réussi ce qui lui avait été donné de faire ? Plaire aux néophytes comme aux experts de cette licence. Réalisé par Justin Kurzel, Assassin’s Creed est adapté du jeu vidéo à succès du même nom crée par Ubisoft. On y retrouve Michael Fassbender dans le rôle principal, Marion Cotillard dans le rôle du Dr Sophia Rikkin et Jeremy Irons dans le rôle de son père. J’attendais impatiemment cette adaptation sur grand écran et c’est un pari réussi. Certes, on peut y déceler de nombreux défauts mais il reste un bon divertissement qui se laisse regarder, surtout pour l’acteur principal en tête d’affiche.

Je ne connaissais pas du tout ce réalisateur mis à part qu’il a réalisé en 2015 une nouvelle adaptation de Macbeth. Après le succès international de Warcraft qui est même devenu le plus gros succès d’une adaptation de jeux vidéo sur grand écran, Assassin’s Creed quant à lui au box office peine à dépasser les 40 millions alors que son coût de production s’élève à 160 millions de dollars (chiffres publiés lors de la sortie du film). Pourtant, le film est très intéressant et nous offre un spectacle grandiose. Je ne comprends non plus les critiques très négatives à son encontre alors qu’il respecte et se base sur les jeux-vidéo pour développer son intrigue. Je ne dis pas qu’il n’est pas exempt de défauts et je comprends tout à fait  qu’on puisse ne pas apprécier cette adaptation.

Venons-en au film plus précisément. Le film se centre sur l’histoire de Callum Lynch déclaré mort par injection létale est récupéré par une entreprise du nom d’Abstergo Industries afin d’exploiter sa mémoire génétique et donc son passé via l’Animus. Cette entreprise contrôlée par l’Ordre des Templiers cherche à retrouver un artefact qui permettra de briser le cycle de violence de l’humanité. Il se retrouve ainsi propulsé durant la période de l’Inquisition espagnole dans la peau de l’assassin Aguilar de la Nehra.

On retrouve tous les éléments qui ont fait le succès de la licence : les assassins, les templiers, les courses-poursuites sur les toits des villes, l’Animus… Le seul problème est l’histoire du Dr Rikkin qui souhaite retrouver l’artefact afin que la violence y soit supprimée. Je trouve cela complètement stupide et inintéressant. Pourtant, l’univers est bien posé. On entre facilement dans l’histoire sans s’y perdre, tout y est bien expliqué sans pour autant y mettre trois heures. Ce qui est bien avec ce film, c’est qu’il ne laisse pas en plan les néophytes et non plus les fans de la saga. Ils ont fait des changements notamment avec l’Animus qui devient un long bras portant Callum. Ce choix précis dans la modification de l’Animus permet de suivre chacun des mouvements de Callum  lorsqu’il s’aventure dans le passé de son ancêtre. La transcription à l’écran donne un certain dynamisme qui n’aurait pas été le même si l’Animus avait été celui du jeu. Je trouve cela vraiment classe. D’ailleurs, on comprend mieux le fonctionnement de l’Animus et les propos pour ceux qui ne connaissent rien sur le jeu.

Ce qui est intéressant également, c’est d’avoir créé un nouveau personnage dans cet univers et qui se positionne aussi dans l’univers du jeu. On oublie à aucun moment tout ce qui a été fait dans les jeux. Il s’intègre parfaitement dans cet univers et dans la lignée des assassins. Des clins d’œil à la saga parsèment le film, on le voit au début du film avec la gestuelle d’Aguilar lorsqu’il se faufile dans la foule. D’ailleurs, le personnage est présenté comme dans le jeu à la troisième personne. Honnêtement, j’ai très envie de me remettre à jouer à cette saga et c’est le but d’Ubisoft.

Mais la réussite de ce film réside vraiment dans les plans, les séquences du passé qui sont sublimes et formidables. L’esthétique est très soignée et les décors bien réalisés. Malheureusement, comme je l’ai dit,  il n’est pas exempt de défauts. En effet, la fin s’accélère à vive allure et on n’arrive pas à suivre l’intrigue. Il n’y a pas que ça, les personnages joués par Jeremy Irons et Marion Cotillard sont intéressants au possible. Et le jeu des acteurs ne fait pas apprécier les personnages. Pourtant, Jeremy Irons est un grand acteur, ici il est juste inexistant. Et Marion Cotillard, n’en parlons même pas ! Je crois avoir un problème avec son jeu monotone, sans vie et spécialement dans celui-ci.

En bref, globalement Assassin’s Creed est bon film qui se laisse regarder. Michael Fassbender fait un très bon assassin. Et même si de nombreux défauts sont présents, je ne regrette pas d’être aller voir le film. En espérant voir une suite, je vous souhaite une journée ensoleillée.

 

Notre sélection Amazon :

 

                                                                        

Cineemotionart

About Cineemotionart

“Les zombies mangent des cerveaux… Vous n’avez rien à craindre” Chroniqueuse à (preque) plein temps et rêveuse à plein temps, je suis du genre à parler des heures de films, séries, romans et autres sujets qui m’intéressent. Et pour ne pas ennuyer ma famille ou mes amis (ça arrive très souvent, croyez-moi !), j’écris sur ce qu’il me plaît sur mon blog. On peut même me comparer à un zombie en manque de chair mais pour moi, c’est en manque de film. Donc prenez garde, je mange tout ce qui se passe sous la main, si je ne peux visionner un film. Vous pouvez également lire mes absurdités sur mon blog : cineemotionart.wordpress.com

Laisser un commentaire