pepparshoes/ février 7, 2018/ 0 comments

Adopted Love, ce sont deux romans qui prennent aux tripes. On ne peut pas les lâcher. Forte, émouvante, passionnante, cette histoire ne laisse simplement pas insensible. Roman lu en partenariat avec Hugo New Romance – Poche.

De quoi on parle ?

Hanté par son passé, sera-t-elle son avenir ? Orphelin, Teagan erre depuis son plus jeune âge de foyers en familles d’accueil. Bad boy écorché par la vie, la justice le rattrape à l’aube de ses 18 ans. La sentence ? Un an de conditionnelle durant lequel il devra se tenir à carreau s’il ne veut pas finir en prison. Il ne lui reste qu’une chance de se remettre dans le droit chemin et c’est dans une ultime famille d’accueil qu’elle va se jouer. Mais la rencontre avec Elena, la fille aînée de la famille risque de compliquer les choses.

Teagan, un personnage masculin brusque, mais attachant

Si on veut parler avec justesse d’Adopted Love, il faut parler des personnages, qui font toute l’histoire. Déjà, j’ai adoré Teagan. C’est un jeune homme de 17 ans drôle et qui sait ce qu’il veut, alors qu’il est écorché vif depuis sa plus tendre enfance. Il a vécu des choses extrêmement traumatisantes, et ne fait donc confiance à personne, sauf à Nathalie, qui a essayé de le prendre sous son aile comme elle le pouvait.

Je n’en dirais pas plus, puisque nous découvrons son passé doucement, par bribes, en même temps que lui. Il ne se souvient pas de grand chose de son enfance, et il ne sait surtout pas ce qui l’a traumatisé au point de ne pas être en mesure de parler à qui que ce soit d’autre que Nathalie. Et malgré tout cela, il ne se positionne pas en victime. C’est un voyou, un bad-boy du Queens, mais à aucun moment il ne se trouve des excuses. Et j’ai énormément apprécié cela.

Elena, mystérieuse et intriguante

Nous rencontrons aussi Elena, la fille de la famille d’accueil. Et je dois dire que j’ai eu énormément de mal avec son comportement au départ. Sauf que Gaïa Alexia nous permet d’apprendre à l’apprécier comme Teagan. Doucement. Un pas à la fois. Et de découvrir ce qui la rend si agressive, parce qu’elle va faire de sa vie un enfer, dans un premier temps. Et à travers elle, une deuxième histoire se met en place, parallèle à celle du jeune homme. Du coup, j’ai été très intriguée de ce qui a pu arriver à une fille d’une famille très aisée. Et puis, pourquoi le père d’Elena est-il si compréhensif avec Teag ? Qu’est-ce qui rend la maman si fragile ? C’est si complet que je ne pourrais même pas tout vous exposer ! L’auteure ne laisse rien au hasard, et c’est absolument génial.

Un deuxième tome complétement différent

J’aime lorsqu’un.e auteur.e me surprend en développant son histoire par differentes facettes. J’ai envie de dire que c’était un vrai plaisir de retrouver Teagan et Elena, mais ce ne serait pas les mots justes. J’étais très heureuse de me replonger dans leur univers, mais celui-ci est bien plus sombre que dans le premier tome. Le roman prend rapidement une allure de thriller à cause de son sujet difficile. Et cela, en plus d’être un drame pychologique et un roman de haut niveau. Il ne faut surtout pas que cette femme s’arrête d’écrire, ce serait une perte grave pour les lecteurs et lectrices.

Que d’émotions !

Gaïa Alexia a été en mesure de me faire ressentir la douleur, le dégoût et l’angoisse d’Elena, d’une part. Elle traite avec beaucoup de justesse la position de victime de tentative de viol. J’ai été émue et touchée par la jeune femme. D’ailleurs, par les personnages secondaires aussi, notamment ses parents, son frère, Benito et Sally ou encore Jo. Mais surtout, je sentais dans mes tripes la peur profonde et viscérale de Teagan. J’avais l’impression d’être avec lui, dans ce cadre obscur et froid, sans personne à qui se fier, toujours sur le qui-vive. Et même si c’est horrible à dire, je suis triste que cela soi terminer.

J’ai adoré Adopted Love, dont le premier tome est un coup de foudre et le second un coup de coeur. C’est dire le niveau de cette saga, qui nous emmène dans la vie de deux personnages attachants, intègres, forts. Que l’amour triomphe !

Vous pouvez retrouver mes chroniques sur mon blog Sorbet-Kiwi, notamment des romans de romance contemporaine, comme par exemple True Love, une histoire mystérieuse et intriguante.

Un autre article du même auteur sur lesyeux-fertiles : Inseparables de Sarah Crossan

Pepparshoes

About pepparshoes

Pepparshoes, lectrice compulsive qui se noie dans sa pile à lire Je viens me joindre à l'équipe des Yeux Fertiles avec grand plaisir ! Ma passion ? Les livres, même si je m'intéresse à plein de choses, comme les séries, les films ou encore la musique. Mais avec une PAL (pile à lire) de 580 romans papiers (les numériques sont punis, on ne les voit que lorsqu'on appuie sur un bouton, alors ça compte pas... dit-elle pour se rassurer), j'ai de quoi m'occuper toute une vie, et la suivante lorsque je me réincarnerais en chat ! Les chats, c'est la vie, mon petit Sammy profite d'une grande partie de mon amour, qu'il doit se partager avec mon chéri. Mon genre de romans préférés ? La littérature contemporaine, très honnêtement, c'est ce que je lis le plus. Mais je ne suis pas une lectrice de la haute bourgeoisie littéraire, j'adore les romances, notamment la New Romance, j'aime beaucoup les thrillers, et même que de temps en temps je vais voir ce qu'il se passe du côté de la science-fiction ou de la littérature de jeunesse. Ma maison d'édition préférée reste les éditions Charleston, et mon amour pour Lucinda Riley n'a pas de limite, autre que celles que m'impose ma banquière. Je vous dis à très bientôt, et j'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que moi à vous conseiller des bons bouquins à lire sous un plaid, au chaud avec un bon café - thé - cacao - bière au beurre (barrez la mention inutile). Ah oui, sinon, j'ai un blog personnel aussi, qui se nomme Sorbet-Kiwi ! J'y parle de tout ce que j'aime, principalement de littérature, mais aussi de tout le reste, et j'abuse aussi parfois des gifs par là, venez me rendre visite si l'envie vous prend. Pour Sorbet-Kiwi, c'est par là : https://sorbetkiwi.wordpress.com/

Laisser un commentaire